Catégorie : Non classé

Publié le

Les Scorpions chutent en prolongation

Les Scorpions Team Synerglace reçoivent les Rapaces de Gap pour ce premier match à huit clos à l’Illberg.

Papillon est sollicité à deux reprises dès la première minute. Nouvel arrêt sur un tir à bout portant à la troisième minute. Gap domine ce début de rencontre grâce à son jeu rapide. Au bout de cinq minutes, Mulhouse développe mieux son jeu, mais Junca est vigilant. Le jeu est agréable. Mulhouse obtient son premier avantage numérique en milieu de période. Il ne faut que cinq secondes à Lessard pour ouvrir le score. Colin Campbell est très remuant. Sous la pression, les Rapaces sont à nouveau pénalisés, mais sans encombre. Gap est toujours aussi vif. Sur un contre, Mosey trompe Papillon d’un tir à mi-hauteur. Les équipes rentrent aux vestiaires sur un score de parité, 1-1.

En début de deuxième période, la ligne des jeunes bosse fort. Mugnier trouve l’ouverture assisté d’Esipov (Ivan) et Germond. La minute suivante, troisième avantage numérique pour les Scorpions. Melin est en position. Son premier tir est repoussé. La rondelle continue de circuler jusqu’au défenseur mulhousien. Un nouveau tir est dévié devant la cage par Jurik pour le 3-1. Encore un but en supériorité numérique. Malheureusement, dans la foulée Gap réduit le score. Mulhouse domine maintenant dans le jeu, mais Gap reste dangereux en contre. 3-2 à la fin de la période.

Bourgeois pénètre en zone offensive et lâche un missile de loin. Le palet touche la barre avant de rentrer en pleine lucarne. 3-3. Le match est équilibré. Le chrono défile. Il reste douze minutes et les locaux sont pénalisés à deux reprises consécutives. Le poteau sauve Papillon. C’est dur, mais ça tient. Nouvelle infériorité à trois minutes de la sirène. Les locaux tiennent toujours. Malheureusement, ils n’évolueront que trois secondes à cinq sur la glace suite à une quatrième pénalité dans ce troisième acte. La défense tient et il faudra donc une prolongation pour départager les deux équipes.

Après tout juste une minute en prolongation et Mulhouse est coupable de surnombre. Cette fois-ci, c’est la pénalité de trop. Mosey inscrit un doublé et offre les deux points à son équipe. Les Scorpions ne glanent qu’un petit point, mais il pourront se rattraper dès le lendemain avec la réception des Brûleurs de Loup de Grenoble.

Vous pouvez revoir les interviews réalisées en live Facebook lors de la rencontre sur notre page. Nous nous excusons pour les problèmes de son rencontrés en espérant que tout sera opérationnel contre les Isérois ce soir.

Les autres résultats :
Amiens 9-3 Chamonix
Angers 7-0 Briançon
Cergy 4-8 Grenoble

Publié le

Double dose d’équipes alpines à l’Illberg

Mulhouse-Gap, journée 13
Vendredi 15 janvier, 20h
Mulhouse-Grenoble, journée 18
Samedi 16 janvier, 18h
Patinoire de l’Illberg

Après une reprise victorieuse à Bordeaux vendredi dernier et une nouvelle semaine d’entraînement dans cette drôle de saison, voici un week-end à deux matches en deux soirs qui se présente pour les Scorpions. Ils vont enchaîner ce soir contre Gap et demain contre Grenoble. Si Corentin Cruchandeau est encore embêté par une blessure musculaire, le reste de l’effectif est en forme et les entraîneurs pourront donc varier leurs options avec deux matches en moins de vingt-quatre heures. Ces deux matches se joueront dans une patinoire de l’Illberg à huis clos… une triste première dans toute l’histoire des Scorpions.

Les Rapaces ont connu un bon début de saison, les Scorpions en avaient d’ailleurs fait les frais à l’Alparena avec une défaite après prolongation. Mais depuis trois matches, ils n’ont plus gagné et inscrit un petit point. Les Rapaces ont de nombreux bons joueurs mais ils sont véritablement portés offensivement par le duo Golicic-Correia dont il faudra se méfier. Coup d’envoi ce soir de la rencontre à 20h. Pour prendre notre revanche du match aller ?

Les Brûleurs de Loups arriveront samedi après avoir fait étape ce soir à Cergy-Pontoise. Ils seront donc dans le même état de fraîcheur que nos Scorpions, des kilomètres en plus dans les jambes. Grenoble arrivera comme toujours avec le costume d’ogre et sa pléiade des stars. Mais si l’on regarde tant le classement que leurs résultats cette saison, les Scorpions auront un coup à jouer. Les BDL ont remporté trois de leurs six matches cette saison et leurs matches sont généralement plutôt serrés. Aux Scorpions de trouver les bons ingrédients pour être le grain de sable dans les rouages de cette belle équipe ! Coup d’envoi samedi soir à 18h.

Dans ce contexte de match à huis clos, nous tâcherons de vous faire suivre du mieux possible le match sur nos réseaux. La ScorpionsTV sera bien là pour recueillir en bord de glace avant, pendant et après le match les réactions de nos joueurs et entraîneurs. Ce sera à suivre en direct sur notre page Facebook. Rendez-vous également sur Instagram pour plus d’images des deux rencontres.

Les deux rencontres seront à suivre, comme l’intégralité des matches de SLM, en direct sur Fanseat : cliquez ici.

Au programme également ce week-end :
Amiens-Chamonix
Angers-Briançon
Cergy-Pontoise-Grenoble
Amiens-Bordeaux
Rouen-Chamonix
Cergy-Pontoise-Briançon
Angers-Gap

Publié le

Rencontre avec Guillaume Groulx

Cette saison, le préparateur physique des Scorpions est le canadien Guillaume Groulx. Il travaille à distance avec l’équipe et nous vous proposons aujourd’hui d’en apprendre un peu plus sur cette collaboration.

Guillaume, peux-tu nous décrire ton parcours professionnel ?
Je suis un ancien hockeyeur basé à Montréal. Quand j’ai arrêté ma carrière, je me suis lancé dans un baccalauréat puis une maîtrise en kinésiologie et en mouvements humains. Tout ça dans l’optique d’entraîner des joueurs de hockey car c’était vraiment mon objectif d’être préparateur physique aussi bien individuellement l’été qu’avec des équipes pendant la saison. J’ai eu la chance de travailler dans la LHJMQ avec le club de Rouyn-Noranda, puis d’apprendre beaucoup au niveau suivant avec l’Avalanche du Colorado en NHL. Cette expérience avec eux m’a permis de travailler ensuite avec le Canadien de Montréal, j’ai pris soin de leur équipe en AHL. J’ai donc pu travailler avec le Rocket de Laval à leur première saison. Laval c’est la ville où j’ai grandi. C’était très plaisant car on avait beaucoup de technologie disponible avec un budget presque illimité. J’ai donc connu aussi bien le hockey junior, où l’on se débrouille avec peu de ressources, que le hockey professionnel avec des équipes renommées ayant de nombreuses ressources et étant entouré de nombreux experts. L’arrivée d’un nouvel entraîneur, venu avec son propre préparateur a mis fin à cette expérience. J’ai commencé à travailler avec Alexandre lorsqu’il était à Chambéry et on continue cette saison à Mulhouse, mais à distance puisque la situation sanitaire ne me permet pas de rendre visite à l’équipe ponctuellement au cours de la saison.

En temps normal, t’aurait-on vu souvent à Mulhouse ?
Je pense que je serais venu pour le camp d’entraînement puis quelques fois pendant la saison, en janvier par exemple. Ça m’aurait permis de me familiariser un peu plus avec l’équipe, de pousser un peu plus loin les tests physiques. Du coup j’échange beaucoup avec Alexandre et on utilise une application pour faire le lien, on l’exploite à fond. Je communique aussi avec les joueurs via WhatsApp, ça me permet d’avoir leur feeling sur les entraînements, de savoir comment ils se sentent. Je me sens donc pleinement dans l’équipe même avec la distance.

Tu évoquais précédemment les ressources que tu avais à disposition dans le hockey professionnel. Est-ce que les moyens plus limités d’un club comme le notre te force à travailler différemment bien que nos joueurs soient des professionnels ?
Quels que soient les moyens disponibles, l’entraînement c’est l’entraînement. Les poids sont les mêmes, les mouvements sont les mêmes. Je m’ajuste avec l’équipement disponible donc je dirais que ça ne change pas tant que ça. Si on veut aller plus loin dans la comparaison, le calendrier en Europe est moins chargé donc ça laisse plus de place pour s’entraîner entre les matches.

L’équipe a connu plus de deux mois sans matches. Au niveau de la préparation physique, était-on plus dans une phase de maintien de la condition physique acquise cet été ou avez-vous repris comme si vous recommenciez à zéro ?
Je ne sais pas si c’était plaisant pour les joueurs mais je dois dire qu’en tant que préparateur physique ça l’était de pouvoir leur fournir un programme pour cinq séances par semaine sur une longue période. L’objectif était donc de remettre tous les joueurs au même niveau. L’absence de matches permettait d’aller plus loin dans l’entraînement physique donc je pense qu’on a pu faire une bonne préparation, peut-être même plus que ce qu’on aurait pensé.

Vous utilisez une application pour la préparation physique. Peux-tu nous en dire plus ?
Je prépare les séances pour les joueurs et ils la reçoivent directement sur leur application. Eux peuvent ensuite me donner leur retour sur la séance, ce qu’ils ont pensé de la difficulté. Je m’ajuste au calendrier pour les séances, si le prochain match est éloigné on peut travailler un peu plus fort. Près des matches on va plutôt travailler la prévention des blessures, le gainage abdominal, la flexibilité et la mobilité. En fonction des charges qu’ils ont utilisées, et renseignées dans l’appli, et de l’intensité mise dans la séance, je peux interpréter comment ils ont réagi à l’entraînement. Le deuxième point c’est que, chaque jour, les joueurs répondent à un sondage pour évaluer leurs habitudes de vie et leur état d’esprit. Ils donnent une note sur dix pour évaluer leur niveau d’énergie, leur niveau de douleur, on parle de sommeil, de nutrition, d’intensité sur la glace et hors glace. Avec ces données-là je peux faire un retour aux entraîneurs. Ils savent ainsi comment les joueurs se sentent et on peut ajuster, en fonction de ces données, le travail en entraînements aussi bien sur la glace que hors glace. N’étant pas sur place, je ne connais pas la vie du vestiaire, les interactions entre les joueurs. J’ai du coup une vision très objective de la situation avec ces sondages. Le troisième point a été mis en place depuis le mois de janvier avec l’achat d’un dispositif pour mesurer la puissance des joueurs. Chaque semaine les joueurs font des tests de saut et ça me procure une donnée de vitesse et de puissance. On peut voir l’évolution du joueur et sa fatigue à travers ce test. Ces données vont nous aider à mieux développer le travail et la fatigue des joueurs.

Est-ce qu’en tant que préparateur physique, tu adaptes ta façon d’entraîner les joueurs selon la façon de jouer mise en place par l’entraîneur ?
Je vais m’adapter à l’intensité et au volume qu’il veut donner à ses séances sur glace pour ne pas en faire trop. Si l’entraîneur aime passer beaucoup de temps sur la glace et de s’entraîner à haute intensité, je vais être obligé de retenir mes entraînements. Donc je répondrais que oui je vais un peu m’adapter au coach. Les sondages avec les joueurs via l’application me permettent déjà de voir comment adapter mes séances. La finalité de notre travail est selon le style de l’entraîneur. On va donc vouloir être capable de répéter des sprints, répéter des changements de direction, répéter des mouvements de puissance. Mais pour arriver à cette finalité, il faut travailler la base. C’est comme si on développait une pyramide. Le préparateur veut aider les joueurs à être plus rapides, plus puissants, plus endurants. Une fois cela acquis, on peut spécifier plus en détail ce que l’on veut. On est dans le cadre d’un sport, la finalité c’est le hockey. Ce n’est pas l’entraînement physique. Ce dernier doit être mis au service du hockey, surtout pendant la saison. Le rôle du préparateur est aussi de faire en sorte que les joueurs ne se blessent pas, et arrivent en forme pour le jour du match.

Publié le

La reprise et la victoire à Bordeaux

Pour cette reprise de la compétition, les Scorpions se sont rendus chez les Boxers de Bordeaux hier soir. Alexandre Gagnon et Kevin Hecquefeuille, tous deux pour raisons personnelles, étaient absents. Les Scorpions débutaient la partie en trombes. Si Fouquerel faisait d’entrée un miracle de la jambière, il était battu par Julien Msumbu bien servi devant la cage. C’est son premier but avec les Scorpions. Peu après, nos joueurs obtenaient un avantage numérique. Louick Marcotte le mettait à profit en attaquant la cage et trouvant la faille pour doubler la mise. Les Scorpions dominaient outrageusement ce début de match jusqu’à concéder une première pénalité. Après l’avoir tuée, Jonathan Lessard inscrivait son premier but de la saison sur une nouvelle supériorité numérique. Bordeaux parvenait à réduire le score quinze secondes plus tard, avec de la réussite pour Skinnars dont le tour de cage ricochait sur un défenseur… Il y avait deux buts d’écarts à la première sirène. Notons que, de manière assez confuse, Clément Fouquerel a été renvoyé aux vestiaires et Gaëtan Richard devait entrer au pied levé.

Les Boxers étaient revanchards à la reprise et une pluie de tirs s’abattait sur la cage de Quentin Papillon. Mais ça tenait bon et les minutes s’égrainaient. Sur un powerplay des Boxers, un tir repoussé par Papillon ricochait une nouvelle fois sur son défenseur… pour échouer au fond de la cage. Rageant, mais sur l’engagement Teemu Loizeau convertissait un deux contre un. Samuel Rousseau ajoutait un but en infériorité numérique, dans une cage déserte, suite à une mésentente entre le gardien et sa défense. Bien que dominés, les Scorpions ont su accroître leur avance dans le tiers médian.

Les Boxers poussaient en troisième période, et il faut dire que les Scorpions continuaient à faire preuve d’indiscipline. Olivier Dimet sortait même son gardien à sept minutes de la fin et Loïk Poudrier inscrivait le troisième but local, en supériorité numérique. Rebelote à trois minutes de la fin avec la sortie du gardien, mais cette fois c’est Colin Campbell qui marquait, du revers et depuis sa zone défensive, pour sceller la marque alors qu’il ne restait qu’une minute à jouer.

Les Scorpions retrouvent donc le goût de la victoire pour cette reprise et signent leur deuxième victoire en deux affrontements contre les Boxers, la troisième de la saison en championnat. Nos joueurs auront souffert dans ce match mais ils ont fait preuve de courage et de réalisme, comptant en plus sur un dernier rempart érigé en véritable muraille (48 arrêts). La suite du programme sera le week-end prochain avec une double-confrontation à l’Illberg contre Gap vendredi et Grenoble samedi. Le tout se jouera à huis-clos.

Les autres résultats de la soirée :
Chamonix 4-6 Nice
Grenoble 4-3 Cergy
Gap 1-3 Angers

Crédit photo : Loic Cousin

Publié le

Retrouver la glace à Bordeaux

Bordeaux-Mulhouse, journée 14
Vendredi 8 janvier, 20h15
Meriadeck

73 jours plus tard, les Scorpions vont reprendre leur saison de Synerglace Ligue Magnus ce soir à Bordeaux. Cette drôle de saison connait un second départ, que l’on espère être le bon. La bonne nouvelle de cette période d’arrêt est que l’infirmerie des Scorpions a pu se vider intégralement. Les joueurs seront donc très motivés de retrouver ces situations de matches, bien que le manque de rythme risque de se faire ressentir. En l’absence d’Alexandre Gagnon pour ce déplacement, c’est Erwan Agostini qui sera à la tête de l’équipe. Ce ne sera pas une première pour lui, il avait dirigé l’équipe contre Anglet la saison passée avec une victoire à la clé. Kevin Hecquefeuille sera également absent pour raisons personnelles.

Bordeaux a connu la coupure comme les Scorpions, mais ils ont tout de même disputé deux matches les 20 et 27 novembre contre Anglet et à Nice. Avec deux défaites, ils seront revanchards à n’en pas douter. Les Boxers ont disputé un total de onze matches, le deuxième plus haut total derrière Nice (12) et devant Anglet (9). Les Scorpions en ont disputé huit. Pour le match de ce soir, Olivier Dimet sera privé de Mark Hurtubise, suspendu. Notons enfin que lors de la première confrontation entre ces deux équipes à l’Illberg, nos joueurs l’avaient emporté (3-2).

La rencontre sera à suivre, comme l’intégralité des matches de SLM, en direct sur Fanseat : cliquez ici.

Au programme également ce soir :
Chamonix-Nice
Grenoble-Cergy
Gap-Angers

Publié le

Carnet rose

La grande famille des Scorpions s’est agrandie il y a quelques jours avec la naissance d’Henri Boutin-Gagnon, fils de notre entraîneur Alexandre Gagnon.

Félicitations à la maman et au papa, à qui nous adressons tous nos vœux de bonheur, et bienvenue à Henri !

Conséquence de cet heureux évènement, Alexandre Gagnon n’effectuera pas le voyage vers Bordeaux. Erwan Agostini sera à la tête de l’équipe vendredi.

Publié le

Reprise du championnat

Après près de deux mois de suspension, la Synerglace Ligue Magnus va reprendre ses droits dès la fin de cette semaine et un calendrier a été déterminé pour les prochaines semaines. La suite dépendra de l’évolution de la situation sanitaire. Tous les matches seront diffusés sur Fanseat.

Trois matches sont au programme pour les Scorpions :
– vendredi 8 janvier à Bordeaux (20h15)
– vendredi 15 janvier contre Gap (20h)
– samedi 16 janvier contre Grenoble (18h)

Ces trois matches se dérouleront à huis clos.

Publié le

Les Scorpions en visite chez AIDES Mulhouse

Le 1er décembre marque chaque année la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Mardi à cette occasion, plusieurs membres des Scorpions ainsi que des Cheer’s ont participé à cette journée de sensibilisation et sont allés se faire dépister. Ils se sont rendus dans les locaux de l’association AIDES à Mulhouse.

Corentin Cruchandeau a participé à cette opération. Voici ce qu’il avait à vous dire à ce sujet : « Pour cette journée mondiale de lutte contre le sida, il est important de rappeler que de nos jours une personne séropositive traitée rapidement peut vivre comme une personne séronégative et ne peut plus transmettre la maladie. C’est pourquoi il ne faut pas avoir peur d’en parler pour soi, pour des connaissances ou des proches à risque. Il existe des centres de dépistage permettant de garder l’anonymat au maximum pour les personnes ayant du mal à aborder le sujet. »

AIDES est une association française qui a été créée en 1984. Elle mène des actions d’information et de prévention pour lutter contre le VIH mais aussi les hépatites virales. L’association possède donc une antenne à Mulhouse et propose la possibilité de se faire dépister le mardi soir de 16h à 20h sur rendez-vous. Se faire dépister et connaître sa sérologie est important dans le but de diminuer les contaminations au VIH.

L’association est joignable par téléphone pour toute question relative aux pratiques sexuelles et pour orienter les personnes qui ont besoin d’un soutien ou n’osent pas aller chez leur médecin traitant. Pour plus d’informations rendez-vous également sur www.aides.org ou encore www.sidaction.org

Publié le

Milan et Bryan à l’interview

Nous avons demandé à deux anciens, Milan et Bryan, de nous dire quelques mots sur la période actuelle et de parler de leur rôle dans l’équipe.

Bonjour Milan, Bryan ! Pourriez-vous nous décrire une journée type ?
Milan: Pendant la semaine, je suis plus ou moins la même routine. Tous les matins, j’amène mon fils à l’école, puis je rentre prendre mon petit déjeuner. Ensuite, je vais à la patinoire. Nous commençons par une session hors-glace, puis chaussons les patins. On finit vers 14h. Je rentre alors à la maison pour déjeuner et me reposer. A 17h, je cherche mon fils à l’école et nous profitons du temps ensemble. Nous jouons ou sortons promener notre chien. Les soirs, nous regardons la télévision avec mon épouse. Je joue aussi parfois à la console. Grâce au fait que nous puissions nous entraîner, les journées passent assez vite.
Bryan: Une journée durant mon confinement se résume assez vite. Nous allons nous entraîner tous les matins. Les entraînements se composent d’un entraînement physique puis sur la glace. Ensuite je rentre manger et je me repose. J’utilise souvent le reste de ma journée pour cuisiner. C’est quelque chose qui m’occupe et j’aime me faire des plats plutôt sains en général.

Comment vivez-vous ce confinement en ville à Mulhouse ?
Milan: Cela fait déjà sept ans que nous sommes à Mulhouse, nous connaissons donc très bien la ville. Notre fils est né ici et est toujours allé à l’école à Mulhouse. C’est vraiment notre deuxième maison. Durant toutes ces années, nous avons rencontré beaucoup de gens supers. Le confinement nous oblige à rester chez nous. C’est particulièrement difficile les week-ends, pas évident de trouver des activités. Nous aimons aller nous balader avec notre chien, histoire de prendre l’air et d’être un peu actifs.
Bryan: A Mulhouse ce n’est pas plus compliqué qu’ailleurs. Le fait d’aller s’entraîner le matin, on bouge déjà pas mal. Du coup, la promenade l’après-midi n’est pas indispensable. Je sors si j’en ressens le besoin, mais des fois je reste chez moi et je cuisine.

En tant qu’ancien, quel rôle jouez-vous par rapport à tous les nouveaux joueurs peut-être plus isolés ?
Milan: Je pense que tous les nouveaux se sont très rapidement adaptés. Depuis le début de la saison, nous ne faisons pas la différence entre nouveaux et anciens, nous sommes tous une seule équipe. Je pense que personne ne se sent perdu ou isolé même si c’est les temps sont compliqués. En effet, on a la chance de pouvoir s’entraîner et d’être ensemble quasiment tous les jours. Néanmoins, ne pas jouer de match devant nos spectateurs nous manque beaucoup. Nous espérons vraiment pouvoir reprendre au plus vite.
Bryan: Je n’ai pas de rôle en particulier selon moi. J’essaie surtout d’être proche des plus jeunes. Ils sont plus isolés à Heimsbrunn. Un joueur s’était occupé de moi quand j’étais plus jeune et j’essaie de transmettre ça comme je peux. Je pense que c’est très important de les aider à devenir indépendants et plus professionnels, encore plus aujourd’hui plus qu’à l’époque où la Magnus n’était pas pro à 100%. Cela m’arrive de manger avec certains joueurs.

Ton rôle de A ajoute-t-il certaines responsabilités ?
Milan: Bien sûr, c’est une sorte de responsabilité. Je ne suis pas quelqu’un qui s’exprime beaucoup dans les vestiaires. Par contre, je m’applique à montrer le bon exemple sur la glace et en dehors et de toujours tout faire à 100%. Cette saison, le groupe des Capitaine et Assistants s’est élargi. Du coup, chacun apporte sa pierre à l’édifice selon ses compétences et ses qualités.
Bryan: Oui d’une certaine manière. Je me mets une certaine pression en général dans mon quotidien, alors forcément il faut montrer un peu plus l’exemple. Même si des fois j’ai encore du mal à être sérieux, l’important est de choisir les bons moments entre le travail et la détente. Après, j’ai encore du mal à m’imposer en tant qu’assistant mais j’essaie d’aider au maximum l’équipe et de donner des conseils quand je pense qu’ils sont utiles. Merci à tous pour votre soutien au quotidien. En espérant vous revoir très vite dans les bons moments mais aussi dans les moments difficiles car c’est là qu’on a le plus besoin de vous.

Merci beaucoup Bryan et Milan. Nous espérons tous vous revoir dès que possible.

Publié le

3700 € reversés à l’Entraide ALAT

Il y a un an périssaient en opération au Mali treize soldats français, dont le mulhousien Pierre-Emmanuel Bockel. En présence d’une délégation du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau, nous leur rendions hommage, ainsi qu’aux forces armées plus généralement, lors d’un match contre Gap en février dernier. La vente des maillots portés ce soir-là, organisée par le Fonds de dotation des Scorpions, avait permis de récolter 3700 € au profit de l’Entraide ALAT.

L’entraide ALAT (Aviation Légère de l’Armée de Terre) est une association qui a été fondée en 1960. Elle dispense une aide morale et matérielle aux familles du personnel de l’ALAT touchées par les drames de la vie. Elle conserve et honore le souvenir des morts de l’ALAT, et développe des liens de solidarité.

Par ce don, nous apportons notre soutien à l’Entraide ALAT et souhaitons avoir une fois encore une pensée à nos nombreux soldats qui servent notre drapeau et dont certains ont payé de leur vie pour notre nation. Nous espérions pouvoir organiser une petite cérémonie afin de remettre symboliquement ce chèque à l’Entraide ALAT mais la pandémie a compliqué les choses. Qu’importe, nous avons désormais pu faire ce don à l’association. Nous remercions pour finir les généreux supporters qui auront contribué au succès de cette vente aux enchères.