Titre rubrique Breaking News
  • Communiqué - CNSCG
  • Rencontre avec Adrien Vazzaz
  • Rencontre avec Vincent Melin
  • Modification du calendrier
  • Rencontre avec Avni Berisha
  • Archives

Communiqué - CNSCG

Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Vendredi 12/07/2019
Le club a pris acte cet après-midi de la décision de la CNSCG de ne pas valider les Scorpions pour la saison 2019/2020 de Synerglace Ligue Magnus. En conséquence, nous souhaitons apporter plus de détails sur la situation en cours et être transparents vis-à-vis de nos salariés, partenaires, abonnés et supporters.

A l’issue de l’exercice comptable, clôturé au 30 avril 2019, nous avions six semaines pour fournir à la CNSCG notre bilan comptable ainsi que les rapports du commissaire aux comptes. Le club a obtenu un délai supplémentaire jusqu’au 5 juillet pour transmettre son dossier.

En date du 4 juillet, le club a décidé de transmettre son dossier malgré l’absence des rapports du commissaire aux comptes. Etant seulement dans l’obligation de disposer d’un commissaire aux comptes depuis l’exercice écoulé, les travaux de ce dernier se sont avérés plus longs que prévu. Le 5 juillet, la CNSCG a notifié au club sa convocation pour le jeudi 11 juillet à Cergy, à 14h.

Malgré tous les efforts de notre commissaire aux comptes, nous n’avons pu transmettre ses rapports que le 11 juillet au matin. Notre président Mark Swenson s’est rendu à la convocation de la CNSCG à Cergy, afin de pouvoir échanger et s’expliquer en personne sur le bilan financier. La réunion a duré moins d’une heure et aucun élément financier n’y a été évoqué. La commission n’avait en effet pas consulté notre dossier financier en raison de l’envoi tardif des documents manquants. La réunion a porté exclusivement sur le rappel du respect des délais et des questions quant à l’organisation de notre club.

Disposant d’un dossier complet et avec des perspectives pour le hockey professionnel à Mulhouse, le club va immédiatement faire appel de la décision et entreprendre tous les efforts pour la nouvelle étude de notre inscription.
Partager sur

Rencontre avec Adrien Vazzaz

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Mercredi 10/07/2019
Bonjour Adrien, peux-tu nous dire comment tu as découvert le hockey ?
Bonjour ! J’ai découvert le hockey à l’âge de trois ans, car à Briançon c'était le sport le plus populaire et tous les garçons de mon école en faisait. J’ai donc commencé à pratiquer ce sport dans cette ville, puis j’ai passé quelques saisons au club d'Avignon.  J'ai joué par la suite une saison à Dijon avant de venir m'installer en Alsace.

Question peut-être un peu classique, mais pourquoi as-tu choisi le poste de gardien ?
On me pose souvent cette question en effet, mais je n'en ai aucune idée ! J’ai toujours voulu jouer à ce poste même si j’ai commencé le hockey en tant que joueur de champ.

Peux-tu nous décrire ton style de jeu, tes qualités ?
Je suis un gardien avec un petit gabarit, rapide, avec pas mal de mobilité. Je suis travailleur, passionné, plutôt calme et je suis quelqu'un de déterminé.

Comment ce se sont passées tes saisons à l’Etoile Noire ?
Mes dernières saisons à Strasbourg ont été très instructives, aussi bien au niveau sportif que dans ma vie personnelle. Ces deux dernières saisons m’ont permis de progresser, de prendre du temps de jeu au maximum et de pouvoir goûter au haut niveau. Elles m’ont permis de prendre de l’expérience sur la glace et également  en dehors grâce aux joueurs plus expérimentés.

Après Strasbourg, tu viens à Mulhouse. As-tu des attaches dans cette région ou est-ce plus le hasard ?
Le fait de venir à Mulhouse est un pur hasard, car rien ne m’attache particulièrement à cette région.

Tu connais forcément les Scorpions Team Synerglace. Que penses-tu de ce club et de sa saison passée ?
Je pense que Mulhouse est un club avec une histoire. Il y a des supporters présents à domicile comme à l’extérieur ce qui montre que le hockey est un sport important dans cette ville.
Je pense que la saison des Scorpions a été une saison courageuse, car ils n’ont jamais baissé les bras. Ils ont réalisé une fin de saison impressionnante !

Comment es-tu arrivé à Mulhouse ?
Mon transfert à Mulhouse s’est fait assez rapidement. Je connaissais déjà Erwan Agostini car c’est grâce à lui que j’ai pu intégrer auparavant le sport étude de Strasbourg. J'ai également pu discuter avec Yorick Treille qui m’a présenté le projet du club auquel j’ai tout de suite adhéré.

Tu viens de Strasbourg avec Samuel Rousseau ?  Est-ce un plus et que penses-tu de lui ?
Je suis content de venir avec Samuel. Je le connais depuis maintenant cinq ans et nous avons déjà partagé deux saisons ensembles à Strasbourg. Nous avons également eu l’occasion de jouer ensemble sous le maillot tricolore. Samuel est un joueur combatif qui est, je pense, une pièce essentiel dans les jeux d’infériorité, car il a le sens du sacrifice. Sam est un gars qui apporte une bonne ambiance dans un vestiaire.

As-tu déjà un avis sur la version 2019/2020 des Scorpions Team Synerglace ?
Je pense que cette nouvelle saison va être intense, car nous sommes une équipe assez jeune. Je suis sûr que tout le monde a à cœur de réaliser une bonne saison.

Quelle est ton ambition en venant à Mulhouse ?
Mon ambition est de prendre du temps de glace et d’évoluer dans un groupe professionnel afin de gagner de l’expérience. Je suis aussi impatient de me perfectionner notamment avec Landry.

Adrien, tu as joué en équipe de France U18 et U20.
C’est une grande fierté de pouvoir porter le maillot tricolore. Cela m’a apporté une expérience au niveau international ainsi qu’une éthique et une exigence de travail.

Qu’as-tu prévu entre maintenant et la reprise ?
Je continue de m’entraîner tous les jours. Je pars bientôt pour un camp à Cléon. Ensuite, pour finir la préparation, je serai à Albertville avec le collectif France fin juillet.

Un petit mot pour les supporters mulhousiens que tu connais un peu … ?
J’ai hâte de vous rencontrer cette fois-ci en tant que Mulhousien ! Je compte sur vous pour venir nous soutenir comme vous savez si bien le faire !
Partager sur

Rencontre avec Vincent Melin

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Lundi 08/07/2019
Vincent, peux-tu te présenter en quelques lignes ?
Je m'appelle Vincent Melin, j'ai vingt ans. Je suis parti à l'âge de seize ans pour Dijon où tout est allé très vite. J'ai eu la chance de jouer en Magnus. Après que le club de Dijon ait coulé suite à des problèmes financiers, je suis allé à Chamonix puis à Gap la saison dernière.

Yorick Treille t'a décrit comme un guerrier. Si tu devais décrire quel type de joueur tu es sur la glace, que dirais-tu ?
Je dirais que je suis un joueur rugueux, j'aime le contact. J'essaye de faire le maximum pour aider mon équipe à gagner même si ça inclut de bloquer des tirs ou aller dans les zones qui font mal.

Alors que tu n'as pas encore fêté tes vingt-et-un ans, tu comptes déjà 131 matchs de Ligue Magnus. Pensais-tu avoir un tel rôle si jeune ?
Je n'y ai jamais réfléchis, mais je ne pense pas. Je suis très content que les coaches me fassent confiance. A moi maintenant de confirmer et de leur montrer que je suis à la hauteur.

Qu'est-ce qui t'as convaincu de rejoindre le projet mulhousien ?
Ce qui m'a le plus plu c'est l'idée de faire progresser des jeunes français en leur donnant du temps de jeu tout en ayant une équipe compétitive. Je pense que j'ai encore beaucoup à apprendre. L'association de ce que mettent en place les coaches ainsi que l’expérience des joueurs comme Hecquefeuille ou Esipov en défense peut beaucoup m'aider à progresser tout au long de la saison.

Tu es venu quatre fois à l’Illberg avec Chamonix puis Gap sans jamais gagner. C'est dur pour l'équipe visiteuse de venir jouer à Mulhouse selon toi ?
Ça a toujours été des matches compliqués lorsque je suis venu à Mulhouse, donc oui je pense que c'est dur. Il y a toujours beaucoup de bruit autour de la glace.

Au cours de ta jeunesse ou encore maintenant, as-tu eu un modèle ou quelqu'un qui t'a particulièrement influencé ?
Je pense que je suis encore dans ma jeunesse, mais depuis mes débuts en Ligue Magnus, j'ai beaucoup de coéquipiers qui m'ont influencé et m'ont aidé à devenir un meilleur joueur comme Anthony Guttig ou Henri Corentin Buysse.

Tu retrouveras à Mulhouse plusieurs jeunes joueurs que tu as croisé durant tes regroupements en équipe de France jeunes. C'est important pour toi de te dire que tu n'arriveras pas totalement en terre inconnue ?
Je ne pense pas que ce soit important, j'apprendrai à connaître tous les joueurs mais c'est sûr que c'est toujours plus facile quand tu en connais quelques un avant d'arriver. Ceux que je connais et que j'ai côtoyé sont des bons amis, alors ça fait plaisir.

Pour conclure as-tu un message à faire passer à nos lecteurs et supporter ? Continuez à mettre de l'ambiance comme vous savez le faire. C'est important pour les joueurs et cela donne de l'énergie de se sentir soutenu.

Crédit photo : Nini Calimoutou
Partager sur

Modification du calendrier

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Jeudi 04/07/2019
Veuillez prendre bonne note de la modification suivante. Le match prévu contre Nice le 8 décembre 2019 a été avancé au mercredi 9 octobre 2019.

En outre, les horaires de matches 2019/2020 seront les mêmes qu'en 2018/2019 : coup d'envoi à 20h les soirs de semaine et à 19h15 le dimanche soir.
Partager sur

Rencontre avec Avni Berisha

Voir la précédente news Fermer la news

Publié le Vendredi 28/06/2019
Avni, que dirais-tu pour te présenter à nos lecteurs ?
Bonjour, je m’appelle Avni Berisha. Je suis un défenseur de vingt-cinq ans qui arrive de l’Université du Massachusetts-Lowell. Je suis né dans le Bronx à New-York mais j’ai grandi dans le New-Jersey et en Pennsylvanie. Ma famille vit désormais à Wilkes-Barre en Pennsylvanie. Je suis descendant d’Albanais et Irlandais. J’ai déjà été en Europe pour le hockey, mais pas en France. J’ouvre un nouveau chapitre enthousiasmant et je suis impatient de le débuter.

Quel type de joueur es-tu ?
Je suis un défenseur défensif. Ma fierté est de réussir à stopper les offensives adverses. J’aime jouer physique et bloquer des tirs. Si on regarde mes statistiques, je n’ai rien d’un défenseur offensif, mais je prends plaisir à soutenir mes attaquants ou tout simplement contribuer à l’attaque avec de belles sorties de zone. Je m’épanouis dans le jeu en zone défensive et en infériorité numérique.

Pourquoi as-tu décidé de venir jouer en France ?
Une opportunité. Je n’ai pas eu à réfléchir. Je vais pouvoir m’immerger dans la culture française et jouer au hockey en Europe. Ayant de la famille en Europe et étant de la première génération née en Amérique dans ma famille, avec deux parents européens, je me réjouis de quitter les États-Unis pour prendre cette opportunité d’apprendre, grandir et rivaliser en France.

Au cours de ta carrière junior et universitaire, tu as eu deux Français comme coéquipiers : Pierre Crinon et Guillaume Leclerc. As-tu discuté de la SLM avec eux avant de te décider ?
Je n’ai jamais parlé de la Ligue Magnus avec Pierre Crinon, en revanche c’est arrive plusieurs fois avec Guillaume Leclerc. Ce sont deux personnes de qualités en qui j’ai beaucoup confiance. Si leur choix s’est porté sur cette ligue, ça me parle suffisamment. Guillaume est un formidable hockeyeur et une encore meilleure personne. Il n’a eu que de bonnes choses à dire sur ce championnat et cette opportunité que j’ai. Ca a encore plus facilité mon choix.

As-tu déjà discuté de ton futur rôle dans l’équipe avec Yorick Treille ?
On s’est parlé quelques fois et on a abordé ce sujet en effet. Il sait que je suis un défenseur défensif et c’est ce qu’il recherchait : un défenseur droitier, responsable et tourné vers l’aspect défensif du jeu. J’ai toujours eu ce profil, c’est ce qu’il attendra de moi.

Quel est ton meilleur souvenir de hockeyeur jusqu’à pressent ?
Mon meilleur souvenir reste notre victoire avec UMass-Lowell dans la division Hockey East (en NCAA, NDLR), avec Connor Wilson dans l’équipe également. C’est le genre de souvenir inoubliable, qui donne des frissons. C’est sûr que c’est quelque chose que l’on aimerait revivre avec les Scorpions.

Tu as cité Connor Wilson. Que peux-tu nous dire à son sujet ?
Leader. C’est un leader né. Au plus profond du chaos, il a cette capacité à calmer tout le monde et tirer le meilleur de chacun. Et il est très habile sur la glace : il peut diriger un jeu de puissance comme être une pièce maîtresse en infériorité numérique. Il a l’âme d’un capitaine et il donne tout pour son équipe. Connor est un joueur génial et une personnalité exceptionnelle. Il vient d’une famille fantastique et ça se voit dans sa façon d’être. Je me sens privilégié de pouvoir partager cette expérience avec lui.

Pour conclure, as-tu un message pour nos fans et autres lecteurs ?
Chers supporters des Scorpions, je souhaiterais vous remercier pour votre accueil. Nombreux d'entre vous m'ont fait parvenir un messages via les réseaux sociaux, ça fait chaud au cœur. J’ai très hâte de jouer devant vous. D'ailleurs j’ai pu voir de nombreuses vidéos et photos de matches, votre passion s’y ressent. Cette énergie et cette passion me donnent encore plus hâte de commencer. Merci !

Photo : UMass-Lowell Riverhawks
Partager sur
Aller en haut Aller en bas
Réactions d'après-match
Nos Photos

Fermer le disclaimer

La boutique sera bientôt disponible à la consultation.

A très bientôt.

Aller en haut Aller en bas
Titre de section Signez dans la bonne équipe
PARTENAIRES INSTITUTIONNELS
PARTENAIRES NAMING 2018-2019
PARTENAIRES MAJEURS 2018-2019 CLUB DES PARTENAIRES 2018-2019 DEVENIR PARTENAIRE
Titre de section Signez dans la bonne équipe Fermer le menu

Nouvelle saison, nouvelles ambitions

Chef d’entreprises, décideurs, soutenir les Scorpions de Mulhouse, intégrer le Scorpions Business Club et développer votre business c’est donner une vraie visibilité à votre société.

Après un retour réussi en Ligue Magnus en 2017 (1er club à se qualifier pour les playoff l’année de son accession) après plusieurs années d’absence, tout le staff des Scorpions prépare d’arrache pied cette saison 2018-2019 qui sera sans aucun doute synonyme de réussite.

Le hockey sur glace à Mulhouse est considéré comme l’un des deux sports Elite.

Avec plus de 80 partenaires issus de secteurs d’activités variés, un taux de fréquentation par match conséquent, nous vous offrons la possibilité d’accroître votre visibilité sur un marché local voire national.

Le hockey sur glace est sans aucun doute le sport de demain, Mulhouse en sera son ambassadeur. Signez dans la bonne équipe, rejoignez les Scorpions et le Scorpions Business Club !

Le Scorpions Business Club c’est :

  • La passion du hockey
  • 80 partenaires financiers ou logistiques fidèles
  • 1 club des partenaires dynamique
  • Des rencontres et des recommandations commerciales
  • Une plongée dans l’univers des Scorpions à chaque match à domicile (intervention du Coach, analyse des forces en présence…)
  • Une visibilité et une ambiance hors du commun

Champs marqués d'un (*) obligatoires.

Aller en haut
Fermer le menu

Contactez-nous


Coordonnées

SBC SAS
Scorpions de Mulhouse - Team Synerglace

15 rue de la Sinne
68100 Mulhouse

E-Mail: contact@scorpionsmulhouse.fr

Fermer le menu
Scorpions Mulhouse

HISTORIQUE DU CLUB

LES TEMPS HÉROÏQUES

Le hockey sur glace naît à Mulhouse en 1969, au sein de l’ASGM (Association des Sports de Glace de Mulhouse). En 1978, se crée à Mulhouse une école des jeunes hockeyeurs ; l’effectif du club n’est que de 32 licenciés à cette époque !

En 1986, l’inauguration de l’actuelle patinoire olympique donne enfin aux hockeyeurs mulhousiens une infrastructure leur permettant la pratique sérieuse de leur sport et de rêver à faire de Mulhouse une place forte du hockey national.

Les années suivantes, sous l’impulsion de divers dirigeants et de bénévoles, l’effectif du club ne cessera de s’étoffer, accueillant et formant des jeunes hockeyeurs de la catégorie poussin à cadet, passant de 70 à la fin de la saison 1989 à 120 licenciés fin 1991.

DES PROJETS AMBITIEUX ET LE DÉBUT DES RÉSULTATS

Après avoir pris son indépendance par rapport aux autres sports de glace de l’ASGM, le HCM (Hockey Club Mulhouse) est créé, et avec lui, un projet de développement sportif ambitieux avec comme mission de créer une dynamique « hockey » à Mulhouse ! Avec l’arrivée d’un entraîneur d’expérience issu du haut niveau suisse, Pascal Ryser et avec deux grands axes : une formation de qualité pour les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses mulhousiens et amener le hockey majeur dans les championnats nationaux français. Sans oublier le travail réalisé par les dirigeants pour promouvoir le hockey et amener plus de partenaires à soutenir ce sport financièrement.

A l’issue de cette première saison en Play-Off en 1995-96, le HCM termina dans les dix premières équipes de Nationale 3 et pour la première fois de son histoire entra dans le Top 50 du Hockey français. Cette saison fut le point de départ du hockey de haut niveau à Mulhouse.

Mais déjà à la fin de la saison 1996-97, pressentant la progression ambitieuse de l’équipe des Scorpions, les dirigeants mulhousiens séparaient le club en deux entités :

  • le HCM ne concernerait dorénavant que le hockey professionnel à travers les Scorpions
  • Il continuerait parallèlement sa tâche formatrice pour le hockey mineur au sein de l’ADHM

LA NAISSANCE DES SCORPIONS… ET L’AU REVOIR À LA D3 !

Avant même le début de saison, un nouveau président, Claude Bauer, arriva à la tête du HCM et un nouveau nom, maintenant connu de tous, fut adopté pour l’équipe première : Les Scorpions.

Devant des spectateurs de plus en plus nombreux et de plus en plus passionnés, les Scorpions furent sacrés Vice-champion de France de D3 et empochaient leur précieux billet pour la Nationale 2 au terme de la saison 1997-98.

Le Père Noël se montrait particulièrement en avance cette année à Mulhouse, puisqu’à l’intersaison, le Comité National de Hockey sur Glace permit aux Scorpions d’intégrer directement la Nationale 1 pour la saison 1998-99. Les Scorpions rentraient dans la cour des grands !

MULHOUSE CONFIRME ET GRAVIT LES ÉCHELONS : 1998 À 2001

De 1998 à 2001, soutenus par un public de plus en plus nombreux (entre 1600 et 1700 personnes pour les finales) et grâce à une régularité et des performances exceptionnelles, les Scorpions décrochaient par deux fois la coupe du vice-champion de France de National 1 !

Et pour la deuxième fois de leur histoire, les Scorpions s’affichaient à la une des journaux locaux en avril 2000 à la veille du match aller de la finale du championnat de France de Nationale 1.

Les dirigeants et l’entraîneur des Scorpions avaient donc réussi avec quelques années d’avance leur pari de faire connaître Mulhouse comme une nouvelle et sérieuse place forte du hockey français. Mais à peine patins et crosses raccrochés, la grande décision qui couvait depuis plusieurs mois déjà fut officiellement annoncée : Les Scorpions de Mulhouse évolueraient en Elite la saison suivante.

En parallèle, les Ultras Mulhouse, le groupe de supporters des Scorpions, est créé en mars 2000, pour encourager leur équipe dans la victoire comme dans la défaite, aussi bien à l’Illberg qu’aux quatre coins de la France, de la ligue Magnus jusqu’en D3. Ils sont présents lors de la plupart des matchs à l’extérieur, et organisent parfois des déplacements en bus pour les destinations les plus proches ou les matchs à enjeu. Leurs chants rythmés au tambour et leurs animations visuelles tels que les tifos poussent les Scorpions vers la victoire. Ils sont le septième homme sur la glace.

L’APPRENTISSAGE DE L’ÉLITE : 2001 À 2004

Pour la première fois de sa jeune histoire, le HCM évoluait en Elite lors de la saison 2001-02. Malgré le souhait du président Claude Bauer d’éviter la dernière place et l’arrivée au poste d’entraîneur de Christer Eriksson (adjoint de Heikki Leime, patron de l’équipe de France), Mulhouse n’évita pas le bas du classement, mais resta tout de même en Elite pour la saison suivante.

En 2002-03, Mulhouse monta sur le podium (3ème) du plus haut niveau français pour la première fois de son histoire, dans une chaude ambiance dans la patinoire de l’Illberg.

L’année suivante, les Scorpions furent éliminés en quart de finale face à Anglet, après de nombreuses déceptions.

LA SAISON 2004-2005 : DU RÊVE AU CAUCHEMAR !

Après le départ de l’emblématique Président Bauer, Paul Heyberger, l’ancien vice-président, le remplaçait et annonçait que l’objectif principal du club serait de proposer un spectacle de qualité, en ne perdant pas de vue les résultats sportifs.

Le lock-out en NHL permit aux Scorpions d’enregistrer des signatures de grosses pointures de la NHL avec les canadiens Steve Montador et Steven Reinprecht notamment. Les internationaux français Maurice Rozenthal (trois fois meilleur joueur français) et Olivier Coqueux retrouvaient, eux, leurs coéquipiers de l’équipe de France Allan Carriou, Fabrice Lhenry et Lilian Prunet à Mulhouse. L’équipe des Scorpions avait sûrement le plus séduisant visage de son histoire.

Pour la première année de la « Ligue Magnus » (qui remplaçait le Super 16), les Scorpions terminaient 4ème de la saison régulière après une saison en dents de scie et une nouvelle désillusion en coupe de France.

Après la qualification face à Briançon sur une victoire 3-1 dans les séries en quart de finale, les Scorpions s’en allaient battre Rouen par le même score (devant près de 1900 spectateurs pour les deux matchs à domicile) en demi-finale de Ligue Magnus. Avec cette qualification en finale, le hockey sur glace était devenu le sport médiatique numéro 1 dans la cité du Bollwerk. Cela récompensait déjà le travail, la passion, voire l’acharnement de dizaines de personnes qui, il y a tout juste 8 ans, s’étaient un jour réunies, et avaient posé la première pierre du hockey de haut niveau à Mulhouse.

La finale :

Dans leur duel face aux Diables Noirs de Tours, et portés par la ferveur populaire des 2000 supporters qui occupaient le moindre recoin libre de la patinoire, les Scorpions gagnaient leur premier match par 6 à 1.

Pour le match à Tours, plus de 200 supporters mulhousiens s’étaient déplacés pour soutenir leur équipe alors que la rencontre était télévisée et suivie à plusieurs endroits à Mulhouse.

A la 17ème minute, la tribune mulhousienne explosait de joie lorsque sur un exploit personnel, Maurice Rozenthal s’en allait battre le gardien en glissant le palet dans un trou de souris. Après de nombreux arrêts phénoménaux de Fabrice Lhenry (dont le plongeon héroïque du second tiers, digne d’un gardien de football), c’est l’attaquant mulhousien Pavol Segla qui propulsait le palet dans le filet adverse d’un tir puissant. Après le troisième but de Kiviharju, le rêve devenait réalité : Mulhouse était bel et bien Champion de France. Tous les supporters mulhousiens envahissaient la glace pour partager avec les joueurs ce moment de pur bonheur et être tout près d’eux lors de la remise de la fameuse Coupe Magnus.

Le lendemain soir, quelques 300 supporters inconditionnels s’étaient donné rendez-vous devant la patinoire de Mulhouse pour accueillir leurs champions à la descente du bus.

Mais les passionnés de hockey à Mulhouse allaient rapidement passer du rêve au cauchemar. Les Scorpions ne furent pas validés pour la saison suivante en raison d’un important déficit financier. Après de nombreux appels, la décision tomba : Mulhouse était condamné à la rétrogradation administrative en D3 pour la saison 2005-06 et le HCM déposa finalement le bilan. Les Scorpions étaient cette fois-ci bel et bien morts !

LA RENAISSANCE DES SCORPIONS : 2006 À 2009

Pour cette renaissance du hockey senior à Mulhouse, un nouveau logo plus dynamique pour l’ADHM était présenté dès l’été, alors que l’emblématique nom des SCORPIONS était conservé !

Après une saison sans compétition, l’équipe devait se reconstruire en D3. Avec un nouveau président, Emmanuel Mouget et un nouvel entraîneur, Laurent Arnaud, les Scorpions allaient progressivement se reconstruire avec le soutien de son public et de ses Ultras.
Grâce à une belle 4ème place lors du carré final du championnat à Clermont en 2007-08, les Scorpions obtenaient leur promotion administrative en D2.

Au terme d’une saison 2008-09 pleine et avec un public de plus en plus nombreux, les Scorpions accédaient déjà à la D1 après un titre de vice-champion de France en D2. L’objectif principal de retrouver la D1 était donc atteint et un nouvel entraîneur posait de nouveau ses valises à Mulhouse : Christer Eriksson.

LE TITRE EN D1, LA MONTÉE EN MAGNUS, DE NOUVELLES DÉSILLUSIONS MAIS UN AVENIR FLORISSANT : 2009 À AUJOURD’HUI

Pour leur première saison en D1 en 2009-2010, les Scorpions réalisaient un grand coup en finissant sur le podium final du championnat (3ème). Une performance exceptionnelle pour un promu, acquise grâce à une grande régularité et un groupe homogène.

Pour leur troisième saison en D1, l’équipe des Scorpions était séduisante et a proposé du beau spectacle aux Mulhousiens qui ont régulièrement répondu présents pour remplir les gradins. Les Scorpions finirent finalement champion de France de D1, en étant invaincus en play-offs après la victoire face aux Aigles de Nice en finale et en ne lâchant rien même lorsque plus personne n’y croyait, comme au premier match de la demi-finale à Brest. Mulhouse retrouvait donc l’élite du hockey français, 7 ans après son titre de champion.

Les Scorpions ne gardèrent malheureusement pas un très bon souvenir de la Ligue Magnus. Après une saison régulière compliquée, les Scorpions jouèrent les play-downs pour la première fois de leur histoire. 3 défaites plus tard, Mulhouse se retrouva en D1 avec un nouveau projet pour pérenniser un jour le club au plus haut échelon national.

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...