Joueur

Prochain Match

Samedi 16/01/2021 - 18h

Synerglace Ligue Magnus

Mulhouse
VS
Grenoble

Dernier Match

Vendredi 15/01/2021 - 20h

Synerglace Ligue Magnus

Mulhouse
0
VS
Gap
0
Fermer le menu
Vendredi 15/01/2021 - 20h

Synerglace Ligue Magnus

Mulhouse 0
VS
Gap 0

Evolution du score

Période 1

Aucune actions cette période.

Période 2

Aucune actions cette période.

Période 3

Aucune actions cette période.

Pénalités

Période 1

Aucune pénalités cette période.

Période 2

Aucune pénalités cette période.

Période 3

Aucune pénalités cette période.

Infos du match

Aucunes infos renseignées pour ce match.
Aller en bas
Titre rubrique Breaking News
  • Les Scorpions chutent en prolongation
  • Double dose d'équipes alpines à l'Illberg
  • Rencontre avec Guillaume Groulx
  • La reprise et la victoire à Bordeaux
  • Retrouver la glace à Bordeaux
  • Archives

Les Scorpions chutent en prolongation

Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Samedi 16/01/2021

Les Scorpions Team Synerglace reçoivent les Rapaces de Gap pour ce premier match à huit clos à l’Illberg.

Papillon est sollicité à deux reprises dès la première minute. Nouvel arrêt sur un tir à bout portant à la troisième minute. Gap domine ce début de rencontre grâce à son jeu rapide. Au bout de cinq minutes, Mulhouse développe mieux son jeu, mais Junca est vigilant. Le jeu est agréable. Mulhouse obtient son premier avantage numérique en milieu de période. Il ne faut que cinq secondes à Lessard pour ouvrir le score. Colin Campbell est très remuant. Sous la pression, les Rapaces sont à nouveau pénalisés, mais sans encombre. Gap est toujours aussi vif. Sur un contre, Mosey trompe Papillon d’un tir à mi-hauteur. Les équipes rentrent aux vestiaires sur un score de parité, 1-1.

En début de deuxième période, la ligne des jeunes bosse fort. Mugnier trouve l’ouverture assisté d’Esipov (Ivan) et Germond. La minute suivante, troisième avantage numérique pour les Scorpions. Melin est en position. Son premier tir est repoussé. La rondelle continue de circuler jusqu’au défenseur mulhousien. Un nouveau tir est dévié devant la cage par Jurik pour le 3-1. Encore un but en supériorité numérique. Malheureusement, dans la foulée Gap réduit le score. Mulhouse domine maintenant dans le jeu, mais Gap reste dangereux en contre. 3-2 à la fin de la période.

Bourgeois pénètre en zone offensive et lâche un missile de loin. Le palet touche la barre avant de rentrer en pleine lucarne. 3-3. Le match est équilibré. Le chrono défile. Il reste douze minutes et les locaux sont pénalisés à deux reprises consécutives. Le poteau sauve Papillon. C’est dur, mais ça tient. Nouvelle infériorité à trois minutes de la sirène. Les locaux tiennent toujours. Malheureusement, ils n’évolueront que trois secondes à cinq sur la glace suite à une quatrième pénalité dans ce troisième acte. La défense tient et il faudra donc une prolongation pour départager les deux équipes.

Après tout juste une minute en prolongation et Mulhouse est coupable de surnombre. Cette fois-ci, c’est la pénalité de trop. Mosey inscrit un doublé et offre les deux points à son équipe. Les Scorpions ne glanent qu’un petit point, mais il pourront se rattraper dès le lendemain avec la réception des Brûleurs de Loup de Grenoble.

Vous pouvez revoir les interviews réalisées en live Facebook lors de la rencontre sur notre page. Nous nous excusons pour les problèmes de son rencontrés en espérant que tout sera opérationnel contre les Isérois ce soir.

Les autres résultats :
Amiens 9-3 Chamonix
Angers 7-0 Briançon
Cergy 4-8 Grenoble


Partager sur

Double dose d'équipes alpines à l'Illberg

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Vendredi 15/01/2021

Mulhouse-Gap, journée 13
Vendredi 15 janvier, 20h
Mulhouse-Grenoble, journée 18
Samedi 16 janvier, 18h
Patinoire de l’Illberg

Après une reprise victorieuse à Bordeaux vendredi dernier et une nouvelle semaine d’entraînement dans cette drôle de saison, voici un week-end à deux matches en deux soirs qui se présente pour les Scorpions. Ils vont enchaîner ce soir contre Gap et demain contre Grenoble. Si Corentin Cruchandeau est encore embêté par une blessure musculaire, le reste de l’effectif est en forme et les entraîneurs pourront donc varier leurs options avec deux matches en moins de vingt-quatre heures. Ces deux matches se joueront dans une patinoire de l’Illberg à huis clos… une triste première dans toute l’histoire des Scorpions.

Les Rapaces ont connu un bon début de saison, les Scorpions en avaient d’ailleurs fait les frais à l’Alparena avec une défaite après prolongation. Mais depuis trois matches, ils n’ont plus gagné et inscrit un petit point. Les Rapaces ont de nombreux bons joueurs mais ils sont véritablement portés offensivement par le duo Golicic-Correia dont il faudra se méfier. Coup d’envoi ce soir de la rencontre à 20h. Pour prendre notre revanche du match aller ?

Les Brûleurs de Loups arriveront samedi après avoir fait étape ce soir à Cergy-Pontoise. Ils seront donc dans le même état de fraîcheur que nos Scorpions, des kilomètres en plus dans les jambes. Grenoble arrivera comme toujours avec le costume d’ogre et sa pléiade des stars. Mais si l’on regarde tant le classement que leurs résultats cette saison, les Scorpions auront un coup à jouer. Les BDL ont remporté trois de leurs six matches cette saison et leurs matches sont généralement plutôt serrés. Aux Scorpions de trouver les bons ingrédients pour être le grain de sable dans les rouages de cette belle équipe ! Coup d’envoi samedi soir à 18h.

Dans ce contexte de match à huis clos, nous tâcherons de vous faire suivre du mieux possible le match sur nos réseaux. La ScorpionsTV sera bien là pour recueillir en bord de glace avant, pendant et après le match les réactions de nos joueurs et entraîneurs. Ce sera à suivre en direct sur notre page Facebook. Rendez-vous également sur Instagram pour plus d’images des deux rencontres.

Les deux rencontres seront à suivre, comme l’intégralité des matches de SLM, en direct sur Fanseat : cliquez ici.

Au programme également ce week-end :
Amiens-Chamonix
Angers-Briançon
Cergy-Pontoise-Grenoble
Amiens-Bordeaux
Rouen-Chamonix
Cergy-Pontoise-Briançon
Angers-Gap


Partager sur

Rencontre avec Guillaume Groulx

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Dimanche 10/01/2021

Cette saison, le préparateur physique des Scorpions est le canadien Guillaume Groulx. Il travaille à distance avec l’équipe et nous vous proposons aujourd’hui d’en apprendre un peu plus sur cette collaboration.

Guillaume, peux-tu nous décrire ton parcours professionnel ?
Je suis un ancien hockeyeur basé à Montréal. Quand j’ai arrêté ma carrière, je me suis lancé dans un baccalauréat puis une maîtrise en kinésiologie et en mouvements humains. Tout ça dans l’optique d’entraîner des joueurs de hockey car c’était vraiment mon objectif d’être préparateur physique aussi bien individuellement l’été qu’avec des équipes pendant la saison. J’ai eu la chance de travailler dans la LHJMQ avec le club de Rouyn-Noranda, puis d’apprendre beaucoup au niveau suivant avec l’Avalanche du Colorado en NHL. Cette expérience avec eux m’a permis de travailler ensuite avec le Canadien de Montréal, j’ai pris soin de leur équipe en AHL. J’ai donc pu travailler avec le Rocket de Laval à leur première saison. Laval c’est la ville où j’ai grandi. C’était très plaisant car on avait beaucoup de technologie disponible avec un budget presque illimité. J’ai donc connu aussi bien le hockey junior, où l’on se débrouille avec peu de ressources, que le hockey professionnel avec des équipes renommées ayant de nombreuses ressources et étant entouré de nombreux experts. L’arrivée d’un nouvel entraîneur, venu avec son propre préparateur a mis fin à cette expérience. J’ai commencé à travailler avec Alexandre lorsqu’il était à Chambéry et on continue cette saison à Mulhouse, mais à distance puisque la situation sanitaire ne me permet pas de rendre visite à l’équipe ponctuellement au cours de la saison.

En temps normal, t’aurait-on vu souvent à Mulhouse ?
Je pense que je serais venu pour le camp d’entraînement puis quelques fois pendant la saison, en janvier par exemple. Ça m’aurait permis de me familiariser un peu plus avec l’équipe, de pousser un peu plus loin les tests physiques. Du coup j’échange beaucoup avec Alexandre et on utilise une application pour faire le lien, on l’exploite à fond. Je communique aussi avec les joueurs via WhatsApp, ça me permet d’avoir leur feeling sur les entraînements, de savoir comment ils se sentent. Je me sens donc pleinement dans l’équipe même avec la distance.

Tu évoquais précédemment les ressources que tu avais à disposition dans le hockey professionnel. Est-ce que les moyens plus limités d’un club comme le notre te force à travailler différemment bien que nos joueurs soient des professionnels ?
Quels que soient les moyens disponibles, l’entraînement c’est l’entraînement. Les poids sont les mêmes, les mouvements sont les mêmes. Je m’ajuste avec l’équipement disponible donc je dirais que ça ne change pas tant que ça. Si on veut aller plus loin dans la comparaison, le calendrier en Europe est moins chargé donc ça laisse plus de place pour s’entraîner entre les matches.

L’équipe a connu plus de deux mois sans matches. Au niveau de la préparation physique, était-on plus dans une phase de maintien de la condition physique acquise cet été ou avez-vous repris comme si vous recommenciez à zéro ?
Je ne sais pas si c’était plaisant pour les joueurs mais je dois dire qu’en tant que préparateur physique ça l’était de pouvoir leur fournir un programme pour cinq séances par semaine sur une longue période. L’objectif était donc de remettre tous les joueurs au même niveau. L’absence de matches permettait d’aller plus loin dans l’entraînement physique donc je pense qu’on a pu faire une bonne préparation, peut-être même plus que ce qu’on aurait pensé.

Vous utilisez une application pour la préparation physique. Peux-tu nous en dire plus ?
Je prépare les séances pour les joueurs et ils la reçoivent directement sur leur application. Eux peuvent ensuite me donner leur retour sur la séance, ce qu’ils ont pensé de la difficulté. Je m’ajuste au calendrier pour les séances, si le prochain match est éloigné on peut travailler un peu plus fort. Près des matches on va plutôt travailler la prévention des blessures, le gainage abdominal, la flexibilité et la mobilité. En fonction des charges qu’ils ont utilisées, et renseignées dans l’appli, et de l’intensité mise dans la séance, je peux interpréter comment ils ont réagi à l’entraînement. Le deuxième point c’est que, chaque jour, les joueurs répondent à un sondage pour évaluer leurs habitudes de vie et leur état d’esprit. Ils donnent une note sur dix pour évaluer leur niveau d’énergie, leur niveau de douleur, on parle de sommeil, de nutrition, d’intensité sur la glace et hors glace. Avec ces données-là je peux faire un retour aux entraîneurs. Ils savent ainsi comment les joueurs se sentent et on peut ajuster, en fonction de ces données, le travail en entraînements aussi bien sur la glace que hors glace. N’étant pas sur place, je ne connais pas la vie du vestiaire, les interactions entre les joueurs. J’ai du coup une vision très objective de la situation avec ces sondages. Le troisième point a été mis en place depuis le mois de janvier avec l’achat d’un dispositif pour mesurer la puissance des joueurs. Chaque semaine les joueurs font des tests de saut et ça me procure une donnée de vitesse et de puissance. On peut voir l’évolution du joueur et sa fatigue à travers ce test. Ces données vont nous aider à mieux développer le travail et la fatigue des joueurs.

Est-ce qu’en tant que préparateur physique, tu adaptes ta façon d’entraîner les joueurs selon la façon de jouer mise en place par l’entraîneur ?
Je vais m’adapter à l’intensité et au volume qu’il veut donner à ses séances sur glace pour ne pas en faire trop. Si l’entraîneur aime passer beaucoup de temps sur la glace et de s’entraîner à haute intensité, je vais être obligé de retenir mes entraînements. Donc je répondrais que oui je vais un peu m’adapter au coach. Les sondages avec les joueurs via l’application me permettent déjà de voir comment adapter mes séances. La finalité de notre travail est selon le style de l’entraîneur. On va donc vouloir être capable de répéter des sprints, répéter des changements de direction, répéter des mouvements de puissance. Mais pour arriver à cette finalité, il faut travailler la base. C’est comme si on développait une pyramide. Le préparateur veut aider les joueurs à être plus rapides, plus puissants, plus endurants. Une fois cela acquis, on peut spécifier plus en détail ce que l’on veut. On est dans le cadre d’un sport, la finalité c’est le hockey. Ce n’est pas l’entraînement physique. Ce dernier doit être mis au service du hockey, surtout pendant la saison. Le rôle du préparateur est aussi de faire en sorte que les joueurs ne se blessent pas, et arrivent en forme pour le jour du match.


Partager sur

La reprise et la victoire à Bordeaux

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Samedi 09/01/2021

Pour cette reprise de la compétition, les Scorpions se sont rendus chez les Boxers de Bordeaux hier soir. Alexandre Gagnon et Kevin Hecquefeuille, tous deux pour raisons personnelles, étaient absents. Les Scorpions débutaient la partie en trombes. Si Fouquerel faisait d’entrée un miracle de la jambière, il était battu par Julien Msumbu bien servi devant la cage. C’est son premier but avec les Scorpions. Peu après, nos joueurs obtenaient un avantage numérique. Louick Marcotte le mettait à profit en attaquant la cage et trouvant la faille pour doubler la mise. Les Scorpions dominaient outrageusement ce début de match jusqu’à concéder une première pénalité. Après l’avoir tuée, Jonathan Lessard inscrivait son premier but de la saison sur une nouvelle supériorité numérique. Bordeaux parvenait à réduire le score quinze secondes plus tard, avec de la réussite pour Skinnars dont le tour de cage ricochait sur un défenseur… Il y avait deux buts d’écarts à la première sirène. Notons que, de manière assez confuse, Clément Fouquerel a été renvoyé aux vestiaires et Gaëtan Richard devait entrer au pied levé.

Les Boxers étaient revanchards à la reprise et une pluie de tirs s’abattait sur la cage de Quentin Papillon. Mais ça tenait bon et les minutes s’égrainaient. Sur un powerplay des Boxers, un tir repoussé par Papillon ricochait une nouvelle fois sur son défenseur… pour échouer au fond de la cage. Rageant, mais sur l’engagement Teemu Loizeau convertissait un deux contre un. Samuel Rousseau ajoutait un but en infériorité numérique, dans une cage déserte, suite à une mésentente entre le gardien et sa défense. Bien que dominés, les Scorpions ont su accroître leur avance dans le tiers médian.

Les Boxers poussaient en troisième période, et il faut dire que les Scorpions continuaient à faire preuve d’indiscipline. Olivier Dimet sortait même son gardien à sept minutes de la fin et Loïk Poudrier inscrivait le troisième but local, en supériorité numérique. Rebelote à trois minutes de la fin avec la sortie du gardien, mais cette fois c’est Colin Campbell qui marquait, du revers et depuis sa zone défensive, pour sceller la marque alors qu’il ne restait qu’une minute à jouer.

Les Scorpions retrouvent donc le goût de la victoire pour cette reprise et signent leur deuxième victoire en deux affrontements contre les Boxers, la troisième de la saison en championnat. Nos joueurs auront souffert dans ce match mais ils ont fait preuve de courage et de réalisme, comptant en plus sur un dernier rempart érigé en véritable muraille (48 arrêts). La suite du programme sera le week-end prochain avec une double-confrontation à l’Illberg contre Gap vendredi et Grenoble samedi. Le tout se jouera à huis-clos.

Les autres résultats de la soirée :
Chamonix 4-6 Nice
Grenoble 4-3 Cergy
Gap 1-3 Angers





Crédit photo : Loic Cousin


Partager sur

Retrouver la glace à Bordeaux

Voir la précédente news Fermer la news

Publié le Vendredi 08/01/2021

Bordeaux-Mulhouse, journée 14
Vendredi 8 janvier, 20h15
Meriadeck

73 jours plus tard, les Scorpions vont reprendre leur saison de Synerglace Ligue Magnus ce soir à Bordeaux. Cette drôle de saison connait un second départ, que l’on espère être le bon. La bonne nouvelle de cette période d’arrêt est que l’infirmerie des Scorpions a pu se vider intégralement. Les joueurs seront donc très motivés de retrouver ces situations de matches, bien que le manque de rythme risque de se faire ressentir. En l’absence d’Alexandre Gagnon pour ce déplacement, c’est Erwan Agostini qui sera à la tête de l’équipe. Ce ne sera pas une première pour lui, il avait dirigé l’équipe contre Anglet la saison passée avec une victoire à la clé. Kevin Hecquefeuille sera également absent pour raisons personnelles.

Bordeaux a connu la coupure comme les Scorpions, mais ils ont tout de même disputé deux matches les 20 et 27 novembre contre Anglet et à Nice. Avec deux défaites, ils seront revanchards à n’en pas douter. Les Boxers ont disputé un total de onze matches, le deuxième plus haut total derrière Nice (12) et devant Anglet (9). Les Scorpions en ont disputé huit. Pour le match de ce soir, Olivier Dimet sera privé de Mark Hurtubise, suspendu. Notons enfin que lors de la première confrontation entre ces deux équipes à l’Illberg, nos joueurs l’avaient emporté (3-2).

La rencontre sera à suivre, comme l’intégralité des matches de SLM, en direct sur Fanseat : cliquez ici.

Au programme également ce soir :
Chamonix-Nice
Grenoble-Cergy
Gap-Angers


Partager sur
Aller en haut Aller en bas
Réactions d'après-match
Nos Photos

Fermer le disclaimer

La boutique sera bientôt disponible à la consultation.

A très bientôt.

Aller en haut Aller en bas
Titre de section Signez dans la bonne équipe
DEVENIR PARTENAIRE
PARTENAIRES INSTITUTIONNELS
PARTENAIRES NAMING 2020-2021
PARTENAIRES MAJEURS 2020-2021 SCORPIONS BUSINESS CLUB 2020-2021
Titre de section Signez dans la bonne équipe Fermer le menu

Nouvelle saison, nouvelles ambitions

Chef d’entreprises, décideurs, soutenir les Scorpions de Mulhouse, intégrer le Scorpions Business Club et développer votre business c’est donner une vraie visibilité à votre société.

Après un retour réussi en Ligue Magnus en 2017 (1er club à se qualifier pour les playoff l’année de son accession) après plusieurs années d’absence, tout le staff des Scorpions prépare d’arrache pied cette saison 2018-2019 qui sera sans aucun doute synonyme de réussite.

Le hockey sur glace à Mulhouse est considéré comme l’un des deux sports Elite.

Avec plus de 80 partenaires issus de secteurs d’activités variés, un taux de fréquentation par match conséquent, nous vous offrons la possibilité d’accroître votre visibilité sur un marché local voire national.

Le hockey sur glace est sans aucun doute le sport de demain, Mulhouse en sera son ambassadeur. Signez dans la bonne équipe, rejoignez les Scorpions et le Scorpions Business Club !

Le Scorpions Business Club c’est :

  • La passion du hockey
  • 80 partenaires financiers ou logistiques fidèles
  • 1 club des partenaires dynamique
  • Des rencontres et des recommandations commerciales
  • Une plongée dans l’univers des Scorpions à chaque match à domicile (intervention du Coach, analyse des forces en présence…)
  • Une visibilité et une ambiance hors du commun

Champs marqués d'un (*) obligatoires.

Aller en haut
Fermer le menu

Contactez-nous


Coordonnées

SBC SAS
Scorpions de Mulhouse - Team Synerglace

15 rue de la Sinne
68100 Mulhouse

E-Mail: contact@scorpionsmulhouse.fr

Fermer le menu
Scorpions Mulhouse

HISTORIQUE DU CLUB

LES TEMPS HÉROÏQUES

Le hockey sur glace naît à Mulhouse en 1969, au sein de l’ASGM (Association des Sports de Glace de Mulhouse). En 1978, se crée à Mulhouse une école des jeunes hockeyeurs ; l’effectif du club n’est que de 32 licenciés à cette époque !

En 1986, l’inauguration de l’actuelle patinoire olympique donne enfin aux hockeyeurs mulhousiens une infrastructure leur permettant la pratique sérieuse de leur sport et de rêver à faire de Mulhouse une place forte du hockey national.

Les années suivantes, sous l’impulsion de divers dirigeants et de bénévoles, l’effectif du club ne cessera de s’étoffer, accueillant et formant des jeunes hockeyeurs de la catégorie poussin à cadet, passant de 70 à la fin de la saison 1989 à 120 licenciés fin 1991.

DES PROJETS AMBITIEUX ET LE DÉBUT DES RÉSULTATS

Après avoir pris son indépendance par rapport aux autres sports de glace de l’ASGM, le HCM (Hockey Club Mulhouse) est créé, et avec lui, un projet de développement sportif ambitieux avec comme mission de créer une dynamique « hockey » à Mulhouse ! Avec l’arrivée d’un entraîneur d’expérience issu du haut niveau suisse, Pascal Ryser et avec deux grands axes : une formation de qualité pour les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses mulhousiens et amener le hockey majeur dans les championnats nationaux français. Sans oublier le travail réalisé par les dirigeants pour promouvoir le hockey et amener plus de partenaires à soutenir ce sport financièrement.

A l’issue de cette première saison en Play-Off en 1995-96, le HCM termina dans les dix premières équipes de Nationale 3 et pour la première fois de son histoire entra dans le Top 50 du Hockey français. Cette saison fut le point de départ du hockey de haut niveau à Mulhouse.

Mais déjà à la fin de la saison 1996-97, pressentant la progression ambitieuse de l’équipe des Scorpions, les dirigeants mulhousiens séparaient le club en deux entités :

  • le HCM ne concernerait dorénavant que le hockey professionnel à travers les Scorpions
  • Il continuerait parallèlement sa tâche formatrice pour le hockey mineur au sein de l’ADHM

LA NAISSANCE DES SCORPIONS… ET L’AU REVOIR À LA D3 !

Avant même le début de saison, un nouveau président, Claude Bauer, arriva à la tête du HCM et un nouveau nom, maintenant connu de tous, fut adopté pour l’équipe première : Les Scorpions.

Devant des spectateurs de plus en plus nombreux et de plus en plus passionnés, les Scorpions furent sacrés Vice-champion de France de D3 et empochaient leur précieux billet pour la Nationale 2 au terme de la saison 1997-98.

Le Père Noël se montrait particulièrement en avance cette année à Mulhouse, puisqu’à l’intersaison, le Comité National de Hockey sur Glace permit aux Scorpions d’intégrer directement la Nationale 1 pour la saison 1998-99. Les Scorpions rentraient dans la cour des grands !

MULHOUSE CONFIRME ET GRAVIT LES ÉCHELONS : 1998 À 2001

De 1998 à 2001, soutenus par un public de plus en plus nombreux (entre 1600 et 1700 personnes pour les finales) et grâce à une régularité et des performances exceptionnelles, les Scorpions décrochaient par deux fois la coupe du vice-champion de France de National 1 !

Et pour la deuxième fois de leur histoire, les Scorpions s’affichaient à la une des journaux locaux en avril 2000 à la veille du match aller de la finale du championnat de France de Nationale 1.

Les dirigeants et l’entraîneur des Scorpions avaient donc réussi avec quelques années d’avance leur pari de faire connaître Mulhouse comme une nouvelle et sérieuse place forte du hockey français. Mais à peine patins et crosses raccrochés, la grande décision qui couvait depuis plusieurs mois déjà fut officiellement annoncée : Les Scorpions de Mulhouse évolueraient en Elite la saison suivante.

En parallèle, les Ultras Mulhouse, le groupe de supporters des Scorpions, est créé en mars 2000, pour encourager leur équipe dans la victoire comme dans la défaite, aussi bien à l’Illberg qu’aux quatre coins de la France, de la ligue Magnus jusqu’en D3. Ils sont présents lors de la plupart des matchs à l’extérieur, et organisent parfois des déplacements en bus pour les destinations les plus proches ou les matchs à enjeu. Leurs chants rythmés au tambour et leurs animations visuelles tels que les tifos poussent les Scorpions vers la victoire. Ils sont le septième homme sur la glace.

L’APPRENTISSAGE DE L’ÉLITE : 2001 À 2004

Pour la première fois de sa jeune histoire, le HCM évoluait en Elite lors de la saison 2001-02. Malgré le souhait du président Claude Bauer d’éviter la dernière place et l’arrivée au poste d’entraîneur de Christer Eriksson (adjoint de Heikki Leime, patron de l’équipe de France), Mulhouse n’évita pas le bas du classement, mais resta tout de même en Elite pour la saison suivante.

En 2002-03, Mulhouse monta sur le podium (3ème) du plus haut niveau français pour la première fois de son histoire, dans une chaude ambiance dans la patinoire de l’Illberg.

L’année suivante, les Scorpions furent éliminés en quart de finale face à Anglet, après de nombreuses déceptions.

LA SAISON 2004-2005 : DU RÊVE AU CAUCHEMAR !

Après le départ de l’emblématique Président Bauer, Paul Heyberger, l’ancien vice-président, le remplaçait et annonçait que l’objectif principal du club serait de proposer un spectacle de qualité, en ne perdant pas de vue les résultats sportifs.

Le lock-out en NHL permit aux Scorpions d’enregistrer des signatures de grosses pointures de la NHL avec les canadiens Steve Montador et Steven Reinprecht notamment. Les internationaux français Maurice Rozenthal (trois fois meilleur joueur français) et Olivier Coqueux retrouvaient, eux, leurs coéquipiers de l’équipe de France Allan Carriou, Fabrice Lhenry et Lilian Prunet à Mulhouse. L’équipe des Scorpions avait sûrement le plus séduisant visage de son histoire.

Pour la première année de la « Ligue Magnus » (qui remplaçait le Super 16), les Scorpions terminaient 4ème de la saison régulière après une saison en dents de scie et une nouvelle désillusion en coupe de France.

Après la qualification face à Briançon sur une victoire 3-1 dans les séries en quart de finale, les Scorpions s’en allaient battre Rouen par le même score (devant près de 1900 spectateurs pour les deux matchs à domicile) en demi-finale de Ligue Magnus. Avec cette qualification en finale, le hockey sur glace était devenu le sport médiatique numéro 1 dans la cité du Bollwerk. Cela récompensait déjà le travail, la passion, voire l’acharnement de dizaines de personnes qui, il y a tout juste 8 ans, s’étaient un jour réunies, et avaient posé la première pierre du hockey de haut niveau à Mulhouse.

La finale :

Dans leur duel face aux Diables Noirs de Tours, et portés par la ferveur populaire des 2000 supporters qui occupaient le moindre recoin libre de la patinoire, les Scorpions gagnaient leur premier match par 6 à 1.

Pour le match à Tours, plus de 200 supporters mulhousiens s’étaient déplacés pour soutenir leur équipe alors que la rencontre était télévisée et suivie à plusieurs endroits à Mulhouse.

A la 17ème minute, la tribune mulhousienne explosait de joie lorsque sur un exploit personnel, Maurice Rozenthal s’en allait battre le gardien en glissant le palet dans un trou de souris. Après de nombreux arrêts phénoménaux de Fabrice Lhenry (dont le plongeon héroïque du second tiers, digne d’un gardien de football), c’est l’attaquant mulhousien Pavol Segla qui propulsait le palet dans le filet adverse d’un tir puissant. Après le troisième but de Kiviharju, le rêve devenait réalité : Mulhouse était bel et bien Champion de France. Tous les supporters mulhousiens envahissaient la glace pour partager avec les joueurs ce moment de pur bonheur et être tout près d’eux lors de la remise de la fameuse Coupe Magnus.

Le lendemain soir, quelques 300 supporters inconditionnels s’étaient donné rendez-vous devant la patinoire de Mulhouse pour accueillir leurs champions à la descente du bus.

Mais les passionnés de hockey à Mulhouse allaient rapidement passer du rêve au cauchemar. Les Scorpions ne furent pas validés pour la saison suivante en raison d’un important déficit financier. Après de nombreux appels, la décision tomba : Mulhouse était condamné à la rétrogradation administrative en D3 pour la saison 2005-06 et le HCM déposa finalement le bilan. Les Scorpions étaient cette fois-ci bel et bien morts !

LA RENAISSANCE DES SCORPIONS : 2006 À 2009

Pour cette renaissance du hockey senior à Mulhouse, un nouveau logo plus dynamique pour l’ADHM était présenté dès l’été, alors que l’emblématique nom des SCORPIONS était conservé !

Après une saison sans compétition, l’équipe devait se reconstruire en D3. Avec un nouveau président, Emmanuel Mouget et un nouvel entraîneur, Laurent Arnaud, les Scorpions allaient progressivement se reconstruire avec le soutien de son public et de ses Ultras.
Grâce à une belle 4ème place lors du carré final du championnat à Clermont en 2007-08, les Scorpions obtenaient leur promotion administrative en D2.

Au terme d’une saison 2008-09 pleine et avec un public de plus en plus nombreux, les Scorpions accédaient déjà à la D1 après un titre de vice-champion de France en D2. L’objectif principal de retrouver la D1 était donc atteint et un nouvel entraîneur posait de nouveau ses valises à Mulhouse : Christer Eriksson.

LE TITRE EN D1, LA MONTÉE EN MAGNUS, DE NOUVELLES DÉSILLUSIONS MAIS UN AVENIR FLORISSANT : 2009 À AUJOURD’HUI

Pour leur première saison en D1 en 2009-2010, les Scorpions réalisaient un grand coup en finissant sur le podium final du championnat (3ème). Une performance exceptionnelle pour un promu, acquise grâce à une grande régularité et un groupe homogène.

Pour leur troisième saison en D1, l’équipe des Scorpions était séduisante et a proposé du beau spectacle aux Mulhousiens qui ont régulièrement répondu présents pour remplir les gradins. Les Scorpions finirent finalement champion de France de D1, en étant invaincus en play-offs après la victoire face aux Aigles de Nice en finale et en ne lâchant rien même lorsque plus personne n’y croyait, comme au premier match de la demi-finale à Brest. Mulhouse retrouvait donc l’élite du hockey français, 7 ans après son titre de champion.

Les Scorpions ne gardèrent malheureusement pas un très bon souvenir de la Ligue Magnus. Après une saison régulière compliquée, les Scorpions jouèrent les play-downs pour la première fois de leur histoire. 3 défaites plus tard, Mulhouse se retrouva en D1 avec un nouveau projet pour pérenniser un jour le club au plus haut échelon national.

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...