Joueur Joueur Joueur Joueur Joueur

Dernier Match

Dimanche 08/03/2020 - 17h

Synerglace Ligue Magnus

Amiens
0
VS
Mulhouse
0
Fermer le menu
Dimanche 08/03/2020 - 17h

Synerglace Ligue Magnus

Amiens 0
VS
Mulhouse 0

Feuille de match

Evolution du score

Période 1

Aucune actions cette période.

Période 2

Aucune actions cette période.

Période 3

Aucune actions cette période.

Pénalités

Période 1

Aucune pénalités cette période.

Période 2

Aucune pénalités cette période.

Période 3

Aucune pénalités cette période.

Infos du match

Aucunes infos renseignées pour ce match.
Aller en bas
Titre rubrique Breaking News
  • Interview : Julien Msumbu
  • Les Scorpions engagent Louick Marcotte
  • Interview : Jonathan Lessard
  • Départ de Tommy Besinger et Josh Bowes
  • Corentin Cruchandeau continue
  • Archives

Interview : Julien Msumbu

Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Mardi 26/05/2020

Bonjour Julien, tout d'abord où es-tu en ce moment ?
Bonjour, en ce moment je fais des aller-retours entre Rennes et Nantes. Nantes, car je suis né là-bas et toute ma famille y est, et Rennes avec ma copine et sa famille.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?
Je m’appelle Julien Msumbu. Je suis né à Nantes, où j’ai commencé le hockey sur glace. Ma famille réside aussi dans cette ville. Ma mère est bretonne, de Saint-Brieuc, et mon père est né en Afrique, en Angola. Nous sommes six frères et sœurs.

Quand as-tu découvert le hockey ?
J’ai commencé le hockey à l’âge de six ans, en minime deuxième année. Puis, en 2011, Peter Almasy m’a proposé d’intégrer le sport étude de Rouen. C’est assez marrant car, je me voyais plus faire du football quand j’étais petit. Notre passe-temps favori avec ma famille était d’aller à la patinoire en séance public. J’étais assez à l’aise sur des patins et je patinais vite. Sur le bord de la glace il y avait un entraîneur, Mike Lechêne, qui à chaque fois qu’il me voyait patiner me demandait à la fin de venir faire un essai. J’ai dit non trois fois, mais la quatrième fois j’ai accepté !

Quel est ton style de jeu ?
Mon jeu repose sur la vitesse, mettre du rythme et aussi sur l’impact physique.

Pourquoi venir à Mulhouse ?
Le fait de signer avec les Scorpions était pour moi la meilleure opportunité. Pendant mes entretiens téléphoniques avec Yorick, que je connais bien car il était à Rouen, et Alexandre, j’ai pu sentir deux personnes très investies et prêtes à me faire confiance. Le projet sportif qu’ils me proposaient était de loin le meilleur pour moi. C’est un nouveau challenge qui m’attend et que j’ai hâte de relever.

Peux-tu nous dire un mot sur ta dernière saison à Rouen et Caen ?
Un mot sur ma dernière saison à Rouen serait « mouvementé ». Mouvementé, car je me suis vu à la mi-saison, juste avant le commencement des playoffs, me faire couper par l’arrivée de deux nouveaux joueurs.
Un mot sur ma dernière saison à Caen serait le mot « Incroyable ». Incroyable, car à l’annonce des deux nouveaux joueurs à Rouen, j’ai demandé à aller faire les playsoffs avec Caen. Avec les Drakkars, nous avions très bien commencé avec la qualification en demi-finale. Grâce à Luc Chauvel, j’ai pu reprendre confiance et me faire plaisir.

Que retiendras-tu de tes années à Rouen ?
Rouen est l’un des meilleurs clubs de la Synerglace Ligue Magnus. Ça a été pour moi un privilège d’être formé dans ce club pendant neuf ans. J’en garde de très bons souvenirs, notamment les titres de champions de France en cadets et juniors ainsi que le titre de champion de Magnus en 2018. 

Que penses-tu du parcours des Scorpions la saison passée ?
Ils ont effectué un très beau parcours. Leur qualification en demi-finale montre que Mulhouse est une équipe solide avec de la détermination et qui ne lâche rien.

Connais-tu des joueurs au sein de l’effectif de Mulhouse ?
Oui, effectivement je connais bien Quentin Papillon. Depuis mon arrivée à Rouen, je joue avec lui. Puis aussi avec les Drakkars et là, j’ai le plaisir de le retrouver encore à Mulhouse.

Que penses-tu justement du gardien mulhousien numéro un ?
Quentin est un excellent gardien. Il est de la même année que moi et a beaucoup de qualités. Je pense qu’il a encore une marge de progression. Son choix d’intégrer les Scorpions en numéro un est je pense le meilleur choix qu’il ait pu faire pour l’instant. Son titre de meilleur espoir en dit long sur le reste de sa carrière.

Et les coaches ?
Je connais Erwan. Nous étions ensemble lors des regroupements de l’équipe de France U20.
Concernant Alex, je ne l’ai eu qu’au téléphone pour l’instant. J’ai vraiment hâte de commencer à travailler avec lui.

Quel est ton objectif pour la saison prochaine ?
Mon objectif pour la saison prochaine est vraiment d’apporter mes qualités à l’effectif, mais surtout de me retrouver moi, travailler, progresser et reprendre plaisir au sein d’une équipe qui me fait confiance et en laquelle je me sens important.

Que penses-tu des Scorpions 2020/2021 dont l’effectif est bien avancé ?
Le recrutement avance, c’est une bonne chose. Je suis à l’affût des prolongations et des nouvelles arrivées. J’ai hâte que l’effectif soit au complet pour commencer une belle année.

As-tu une anecdote te concernant ?
Ce n’est pas une anecdote marrante, mais à chaque fois que je le dis à quelqu’un cela étonne. Avant chaque match, je fais une sieste de minimum trois heures, c’est mon petit rituel. Oui, je suis un gros dormeur !

Et en dehors du hockey ?
J’aime bien regarder le football, tous championnats confondus, mais le plus important reste les moments passés avec ma famille.

Comment as-tu vécu la fin de saison passée ? 
C’est une fin de saison inédite et qui laisse un goût d’inachevé. Avec Caen, nous nous sommes qualifiés pour les demi-finales, puis cela s’est arrêté brusquement. Nous voulions aller plus loin, mais évidemment la santé prime avant tout. Donc j’accepte et je me concentre sur l’année à venir. L’intersaison est un peu longue, mais je continue à me préparer physiquement tous les jours pour être prêt.

Un dernier mot pour les supporters mulhousiens ?
Je suis content d’intégrer le club de Mulhouse. J’ai hâte de rencontrer nos supporters et bénévoles afin d’essayer de faire de cette année une année mémorable.

Merci Julien et bienvenue à Mulhouse !

Crédit photo : Stéphane Heude


Partager sur

Les Scorpions engagent Louick Marcotte

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Vendredi 22/05/2020

Nous sommes heureux de vous annoncer la signature en attaque de l’ailier canadien Louick Marcotte.

Louick est âgé de vingt-six ans et originaire du Québec. Comme l’attestent ses statistiques à peu près partout où il est passé, il pourra nous apporter ses aptitudes offensives et son instinct devant le but. Que ce soit au niveau junior, semi-professionnel ou professionnel : Louick a toujours su se hisser parmi les meilleurs pointeurs de ses équipes. Retraçons son parcours.

Comme tous les meilleurs joueurs de sa province, il a joué en Midget AAA puis en LHJMQ. Deux circuits bien connus de notre entraîneur. Il a successivement porté les couleurs de l’Île du Prince Edouard, Val-d’Or puis Gatineau. Il a remporté la LHJMQ avec les Foreurs de Val-d’Or en étant un joueur majeur de son équipe, puis à Gatineau il a été capitaine de l’équipe et meilleur pointeur.

Après son hockey junior, il signait chez les professionnels et a passé trois saisons en ECHL (avec l’Adirondack, Wichita, Fort Wayne et Wheeling). Au cours des deux dernières saisons, il a joué avec le 3L de Rivière-du-Loup dans la LNAH en plus de passer l’été en Australie pour la saison de hockey australe. Il avait choisi depuis deux ans de ne plus se consacrer uniquement au hockey sur glace, mais a tout de même joué près de cent matches durant cette période.

Pour son retour chez les professionnels Louick a donc choisi les Scorpions. Joignez-vous à nous pour lui souhaiter la bienvenue à Mulhouse ! Retrouvez ci-dessous sa réaction ainsi que celle d’Alexandre Gagnon.

Alexandre Gagnon : « Louick est un joueur avec un immense potentiel. Avec le départ de Tommy Besinger qui voulait rester aux Etats-Unis, il fallait trouver un buteur droitier capable de faire ce boulot. Je suis très confiant qu’il deviendra un joueur dominant en Magnus. Il est un poison sur le powerplay pour les équipes adverses. Louick aura un impact offensivement et est aussi capable de frapper dur. Ce sera un joueur clé pour notre alignement et les partisans de Mulhouse seront vite amoureux de son jeu ! »

Louick Marcotte : « Je suis très excité de me joindre à Mulhouse. Je suis très motivé et j’ai hâte que ça commence ! »

Crédit photo : Martin Bligh


Partager sur

Interview : Jonathan Lessard

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Vendredi 22/05/2020

Bonjour Jonathan, tout d'abord où es-tu en ce moment ?
Bonjour, je suis présentement à Saint-Pierre et Miquelon avec ma fiancée.

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?
J’ai vingt-neuf ans. Je suis né le 22 février 1991 à Saint-Eustache, au Québec. Je suis enfant unique. J’ai joué quatre ans en LHJMQ. Par la suite, j’ai débuté ma carrière professionnelle aux Etats-Unis, en ECHL, avec les Bulls de San Francisco. J’ai décidé d’aller jouer à Angers avec Charles-Olivier Roussel qui est un de mes bons amis. Nous avions tous les deux envie de découvrir de nouvelles choses.

Quand as-tu découvert le hockey ?
J’ai commencé à patiner à l’âge de trois ans. J’ai par la suite suivi les traces de mon père qui a lui aussi joué au hockey.

Quel est ton style de jeu ?
Je me décrirais comme un joueur assez complet. Je peux jouer autant offensivement que défensivement. Je suis un joueur robuste qui aime bien provoquer les joueurs adverses.

Quelles sont à tes yeux tes qualités principales ?
Mon style physique, mon patin ainsi que mon lancer.

Tu as donc vingt-neuf ans, quelle est ton ambition ?
Je n’ai pas encore trop réfléchi à ce que je pourrai faire après ma carrière. Je me contente de vivre le moment présent et d’apprécier chaque instant le temps que ça dure.

Peux-tu nous dire un mot sur ta dernière saison à Bordeaux ?
Nous avions une bonne équipe avec une bonne chimie dans le vestiaire. Nous avions cependant de la difficulté à capitaliser sur nos chances de marquer. Je crois que c’est ce qui nous a fait mal tout au long de la saison. Pour ce qui est des playoffs, je crois que nous avions un bon niveau, mais nous avons affronté une équipe d’Angers qui était vraiment très complète. Le résultat final de 4-0 ne reflète cependant pas le déroulement de la série.

Que retiendras-tu de tes saisons à Bordeaux ?
Que du bon. Je me suis fait des amis qui resteront à jamais.

Les matchs entre les Boxers et les Scorpions ont souvent était tendus. Qu’en penses-tu ?
Je crois que j’y suis pour beaucoup ! (rires) Mulhouse avait une bonne jeune équipe et nous devions trouver une façon de les déranger.

Que penses-tu du parcours des Scorpions Team Synerglace la saison passée ?
Comme je l’ai dit précédemment, Mulhouse avait une bonne jeune équipe. Une équipe qui avait du talent et qui travaillait bien dans le système. Ils étaient bien dirigés et ils ont bien suivi les consignes de leur entraineur.

Connais-tu des joueurs au sein de l’effectif de Mulhouse ?
Je connais seulement Teemu Loizeau. Nous avons joué ensembles à Bordeaux. Je m’entends très bien avec lui.

Tu connais bien le nouveau coach, je crois ?
Je connais Alexandre depuis plusieurs années maintenant. Nous sommes de la même ville et avons plusieurs amis en commun. Alexandre est un coach qui est très proche de ses joueurs. Selon ce que j’ai vu, il est bon pour tirer le meilleur de chaque joueur.

Que penses-tu pouvoir apporter aux Scorpions Team Synerglace ?
J’aimerais pouvoir redevenir le joueur que j’étais il y a quelques saisons. C’est à dire un joueur qui est capable de marquer des buts et de déranger les adversaires. Je veux aussi pouvoir apporter mon expérience et mon leadership aux plus jeunes.

Que penses-tu des Scorpions 2020/2021 dont l’effectif est bien avancé ?
Je crois que nous aurons une bonne équipe. Du moins sur le papier. Il reste maintenant à travailler fort tous ensembles pour réussir une belle saison.

Jonathan, que fais-tu en dehors du hockey ?
J’essaie de profiter de l’été pour passer du temps avec ma famille et mes amis. J’ai aussi découvert la pêche ici à Saint-Pierre.

Comment as-tu vécu la fin de saison passée ? Es-tu rentré au Québec ?
Ce n’était pas facile de trouver une solution pour rentrer chez moi. Après plusieurs appels, j’ai pu trouver un vol de Bordeaux à Paris et par la suite de Paris à Montréal. Nous avons effectué une quarantaine stricte à Montréal. Une semaine plus tard, nous sommes partis pour Saint-Pierre où nous avons encore une fois été placés en quarantaine !

Un dernier mot pour les supporters mulhousiens ?
J’ai vu par le passé tout l’engouement que les partisans des Scorpions ont pour leur équipe. J’ai déjà très hâte de pouvoir les faire vibrer cette prochaine saison.

Merci Jonathan et bienvenue à Mulhouse !

Crédit photo : Nini Calimoutou


Partager sur

Départ de Tommy Besinger et Josh Bowes

Voir la précédente news Voir la prochaine news Fermer la news

Publié le Jeudi 21/05/2020

Nous vous annonçons aujourd’hui que Tommy Besinger et Josh Bowes ne continueront pas l’aventure avec les Scorpions de Mulhouse la saison prochaine.

Les deux anciens coéquipiers à l’Endicott college étaient arrivés ensemble à Mulhouse l’été dernier. Tommy Besinger a terminé la saison avec vingt-et-un buts et dix-huit passes en trente-huit matches de SLM. Josh Bowes quant à lui présente un bilan de huit buts et vingt-et-une passes en trente-six rencontres. N’étants pas sûrs de revenir jouer en Europe la saison prochaine, le staff va activer d’autres pistes.

Nous remercions Tommy et Josh pour leur contribution à cette belle saison. Nous vous souhaitons bonne chance pour la suite !

La situation de tous les Scorpions 2019/2020 est désormais connue. Il reste quatre postes à pourvoir, trois attaquants et un défenseur. Nous vous annoncerons prochainement la signature d’un attaquant.


Partager sur

Corentin Cruchandeau continue

Voir la précédente news Fermer la news

Publié le Vendredi 15/05/2020

Nous sommes heureux de vous faire part de la prolongation de contrat de Corentin Cruchandeau.

Le jeune Dunkerquois (21 ans), révélé lors des playdowns 2019, a partagé sa saison entre la SLM avec les Scorpions (23 matches, 1 but) et la Division 2 avec Colmar (18 matches, 5 buts, 15 passes).

Corentin a montré des progrès cette saison. Il continuera à travailler sous nos couleurs, apportant une précieuse profondeur à l’effectif, tout en profitant des licences bleues pour obtenir du temps de jeu et des responsabilités en division inférieure.

Le point sur l’effectif (15/05) :
Gardien : Isaac Charpentier, Quentin Papillon.
Défenseur : Andrei Esipov, Ivan Esipov, Kevin Hecquefeuille, Jerry Laakso, Vincent Melin, Yoan Salve.
Attaquant : Corentin Cruchandeau, Colin Downey, Cody Drover, Antonin Germond, Milan Jurik, Jonathan Lessard, Teemu Loizeau, Julien Msumbu, Jordan Mugnier, Samuel Rousseau, Bryan Ten Braak.


Partager sur
Aller en haut Aller en bas
Réactions d'après-match
Nos Photos

Fermer le disclaimer

La boutique sera bientôt disponible à la consultation.

A très bientôt.

Aller en haut Aller en bas
Titre de section Signez dans la bonne équipe
PARTENAIRES INSTITUTIONNELS
PARTENAIRES NAMING 2019-2020
PARTENAIRES MAJEURS 2019-2020 CLUB DES PARTENAIRES 2019-2020 DEVENIR PARTENAIRE
Titre de section Signez dans la bonne équipe Fermer le menu

Nouvelle saison, nouvelles ambitions

Chef d’entreprises, décideurs, soutenir les Scorpions de Mulhouse, intégrer le Scorpions Business Club et développer votre business c’est donner une vraie visibilité à votre société.

Après un retour réussi en Ligue Magnus en 2017 (1er club à se qualifier pour les playoff l’année de son accession) après plusieurs années d’absence, tout le staff des Scorpions prépare d’arrache pied cette saison 2018-2019 qui sera sans aucun doute synonyme de réussite.

Le hockey sur glace à Mulhouse est considéré comme l’un des deux sports Elite.

Avec plus de 80 partenaires issus de secteurs d’activités variés, un taux de fréquentation par match conséquent, nous vous offrons la possibilité d’accroître votre visibilité sur un marché local voire national.

Le hockey sur glace est sans aucun doute le sport de demain, Mulhouse en sera son ambassadeur. Signez dans la bonne équipe, rejoignez les Scorpions et le Scorpions Business Club !

Le Scorpions Business Club c’est :

  • La passion du hockey
  • 80 partenaires financiers ou logistiques fidèles
  • 1 club des partenaires dynamique
  • Des rencontres et des recommandations commerciales
  • Une plongée dans l’univers des Scorpions à chaque match à domicile (intervention du Coach, analyse des forces en présence…)
  • Une visibilité et une ambiance hors du commun

Champs marqués d'un (*) obligatoires.

Aller en haut
Fermer le menu

Contactez-nous


Coordonnées

SBC SAS
Scorpions de Mulhouse - Team Synerglace

15 rue de la Sinne
68100 Mulhouse

E-Mail: contact@scorpionsmulhouse.fr

Fermer le menu
Scorpions Mulhouse

HISTORIQUE DU CLUB

LES TEMPS HÉROÏQUES

Le hockey sur glace naît à Mulhouse en 1969, au sein de l’ASGM (Association des Sports de Glace de Mulhouse). En 1978, se crée à Mulhouse une école des jeunes hockeyeurs ; l’effectif du club n’est que de 32 licenciés à cette époque !

En 1986, l’inauguration de l’actuelle patinoire olympique donne enfin aux hockeyeurs mulhousiens une infrastructure leur permettant la pratique sérieuse de leur sport et de rêver à faire de Mulhouse une place forte du hockey national.

Les années suivantes, sous l’impulsion de divers dirigeants et de bénévoles, l’effectif du club ne cessera de s’étoffer, accueillant et formant des jeunes hockeyeurs de la catégorie poussin à cadet, passant de 70 à la fin de la saison 1989 à 120 licenciés fin 1991.

DES PROJETS AMBITIEUX ET LE DÉBUT DES RÉSULTATS

Après avoir pris son indépendance par rapport aux autres sports de glace de l’ASGM, le HCM (Hockey Club Mulhouse) est créé, et avec lui, un projet de développement sportif ambitieux avec comme mission de créer une dynamique « hockey » à Mulhouse ! Avec l’arrivée d’un entraîneur d’expérience issu du haut niveau suisse, Pascal Ryser et avec deux grands axes : une formation de qualité pour les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses mulhousiens et amener le hockey majeur dans les championnats nationaux français. Sans oublier le travail réalisé par les dirigeants pour promouvoir le hockey et amener plus de partenaires à soutenir ce sport financièrement.

A l’issue de cette première saison en Play-Off en 1995-96, le HCM termina dans les dix premières équipes de Nationale 3 et pour la première fois de son histoire entra dans le Top 50 du Hockey français. Cette saison fut le point de départ du hockey de haut niveau à Mulhouse.

Mais déjà à la fin de la saison 1996-97, pressentant la progression ambitieuse de l’équipe des Scorpions, les dirigeants mulhousiens séparaient le club en deux entités :

  • le HCM ne concernerait dorénavant que le hockey professionnel à travers les Scorpions
  • Il continuerait parallèlement sa tâche formatrice pour le hockey mineur au sein de l’ADHM

LA NAISSANCE DES SCORPIONS… ET L’AU REVOIR À LA D3 !

Avant même le début de saison, un nouveau président, Claude Bauer, arriva à la tête du HCM et un nouveau nom, maintenant connu de tous, fut adopté pour l’équipe première : Les Scorpions.

Devant des spectateurs de plus en plus nombreux et de plus en plus passionnés, les Scorpions furent sacrés Vice-champion de France de D3 et empochaient leur précieux billet pour la Nationale 2 au terme de la saison 1997-98.

Le Père Noël se montrait particulièrement en avance cette année à Mulhouse, puisqu’à l’intersaison, le Comité National de Hockey sur Glace permit aux Scorpions d’intégrer directement la Nationale 1 pour la saison 1998-99. Les Scorpions rentraient dans la cour des grands !

MULHOUSE CONFIRME ET GRAVIT LES ÉCHELONS : 1998 À 2001

De 1998 à 2001, soutenus par un public de plus en plus nombreux (entre 1600 et 1700 personnes pour les finales) et grâce à une régularité et des performances exceptionnelles, les Scorpions décrochaient par deux fois la coupe du vice-champion de France de National 1 !

Et pour la deuxième fois de leur histoire, les Scorpions s’affichaient à la une des journaux locaux en avril 2000 à la veille du match aller de la finale du championnat de France de Nationale 1.

Les dirigeants et l’entraîneur des Scorpions avaient donc réussi avec quelques années d’avance leur pari de faire connaître Mulhouse comme une nouvelle et sérieuse place forte du hockey français. Mais à peine patins et crosses raccrochés, la grande décision qui couvait depuis plusieurs mois déjà fut officiellement annoncée : Les Scorpions de Mulhouse évolueraient en Elite la saison suivante.

En parallèle, les Ultras Mulhouse, le groupe de supporters des Scorpions, est créé en mars 2000, pour encourager leur équipe dans la victoire comme dans la défaite, aussi bien à l’Illberg qu’aux quatre coins de la France, de la ligue Magnus jusqu’en D3. Ils sont présents lors de la plupart des matchs à l’extérieur, et organisent parfois des déplacements en bus pour les destinations les plus proches ou les matchs à enjeu. Leurs chants rythmés au tambour et leurs animations visuelles tels que les tifos poussent les Scorpions vers la victoire. Ils sont le septième homme sur la glace.

L’APPRENTISSAGE DE L’ÉLITE : 2001 À 2004

Pour la première fois de sa jeune histoire, le HCM évoluait en Elite lors de la saison 2001-02. Malgré le souhait du président Claude Bauer d’éviter la dernière place et l’arrivée au poste d’entraîneur de Christer Eriksson (adjoint de Heikki Leime, patron de l’équipe de France), Mulhouse n’évita pas le bas du classement, mais resta tout de même en Elite pour la saison suivante.

En 2002-03, Mulhouse monta sur le podium (3ème) du plus haut niveau français pour la première fois de son histoire, dans une chaude ambiance dans la patinoire de l’Illberg.

L’année suivante, les Scorpions furent éliminés en quart de finale face à Anglet, après de nombreuses déceptions.

LA SAISON 2004-2005 : DU RÊVE AU CAUCHEMAR !

Après le départ de l’emblématique Président Bauer, Paul Heyberger, l’ancien vice-président, le remplaçait et annonçait que l’objectif principal du club serait de proposer un spectacle de qualité, en ne perdant pas de vue les résultats sportifs.

Le lock-out en NHL permit aux Scorpions d’enregistrer des signatures de grosses pointures de la NHL avec les canadiens Steve Montador et Steven Reinprecht notamment. Les internationaux français Maurice Rozenthal (trois fois meilleur joueur français) et Olivier Coqueux retrouvaient, eux, leurs coéquipiers de l’équipe de France Allan Carriou, Fabrice Lhenry et Lilian Prunet à Mulhouse. L’équipe des Scorpions avait sûrement le plus séduisant visage de son histoire.

Pour la première année de la « Ligue Magnus » (qui remplaçait le Super 16), les Scorpions terminaient 4ème de la saison régulière après une saison en dents de scie et une nouvelle désillusion en coupe de France.

Après la qualification face à Briançon sur une victoire 3-1 dans les séries en quart de finale, les Scorpions s’en allaient battre Rouen par le même score (devant près de 1900 spectateurs pour les deux matchs à domicile) en demi-finale de Ligue Magnus. Avec cette qualification en finale, le hockey sur glace était devenu le sport médiatique numéro 1 dans la cité du Bollwerk. Cela récompensait déjà le travail, la passion, voire l’acharnement de dizaines de personnes qui, il y a tout juste 8 ans, s’étaient un jour réunies, et avaient posé la première pierre du hockey de haut niveau à Mulhouse.

La finale :

Dans leur duel face aux Diables Noirs de Tours, et portés par la ferveur populaire des 2000 supporters qui occupaient le moindre recoin libre de la patinoire, les Scorpions gagnaient leur premier match par 6 à 1.

Pour le match à Tours, plus de 200 supporters mulhousiens s’étaient déplacés pour soutenir leur équipe alors que la rencontre était télévisée et suivie à plusieurs endroits à Mulhouse.

A la 17ème minute, la tribune mulhousienne explosait de joie lorsque sur un exploit personnel, Maurice Rozenthal s’en allait battre le gardien en glissant le palet dans un trou de souris. Après de nombreux arrêts phénoménaux de Fabrice Lhenry (dont le plongeon héroïque du second tiers, digne d’un gardien de football), c’est l’attaquant mulhousien Pavol Segla qui propulsait le palet dans le filet adverse d’un tir puissant. Après le troisième but de Kiviharju, le rêve devenait réalité : Mulhouse était bel et bien Champion de France. Tous les supporters mulhousiens envahissaient la glace pour partager avec les joueurs ce moment de pur bonheur et être tout près d’eux lors de la remise de la fameuse Coupe Magnus.

Le lendemain soir, quelques 300 supporters inconditionnels s’étaient donné rendez-vous devant la patinoire de Mulhouse pour accueillir leurs champions à la descente du bus.

Mais les passionnés de hockey à Mulhouse allaient rapidement passer du rêve au cauchemar. Les Scorpions ne furent pas validés pour la saison suivante en raison d’un important déficit financier. Après de nombreux appels, la décision tomba : Mulhouse était condamné à la rétrogradation administrative en D3 pour la saison 2005-06 et le HCM déposa finalement le bilan. Les Scorpions étaient cette fois-ci bel et bien morts !

LA RENAISSANCE DES SCORPIONS : 2006 À 2009

Pour cette renaissance du hockey senior à Mulhouse, un nouveau logo plus dynamique pour l’ADHM était présenté dès l’été, alors que l’emblématique nom des SCORPIONS était conservé !

Après une saison sans compétition, l’équipe devait se reconstruire en D3. Avec un nouveau président, Emmanuel Mouget et un nouvel entraîneur, Laurent Arnaud, les Scorpions allaient progressivement se reconstruire avec le soutien de son public et de ses Ultras.
Grâce à une belle 4ème place lors du carré final du championnat à Clermont en 2007-08, les Scorpions obtenaient leur promotion administrative en D2.

Au terme d’une saison 2008-09 pleine et avec un public de plus en plus nombreux, les Scorpions accédaient déjà à la D1 après un titre de vice-champion de France en D2. L’objectif principal de retrouver la D1 était donc atteint et un nouvel entraîneur posait de nouveau ses valises à Mulhouse : Christer Eriksson.

LE TITRE EN D1, LA MONTÉE EN MAGNUS, DE NOUVELLES DÉSILLUSIONS MAIS UN AVENIR FLORISSANT : 2009 À AUJOURD’HUI

Pour leur première saison en D1 en 2009-2010, les Scorpions réalisaient un grand coup en finissant sur le podium final du championnat (3ème). Une performance exceptionnelle pour un promu, acquise grâce à une grande régularité et un groupe homogène.

Pour leur troisième saison en D1, l’équipe des Scorpions était séduisante et a proposé du beau spectacle aux Mulhousiens qui ont régulièrement répondu présents pour remplir les gradins. Les Scorpions finirent finalement champion de France de D1, en étant invaincus en play-offs après la victoire face aux Aigles de Nice en finale et en ne lâchant rien même lorsque plus personne n’y croyait, comme au premier match de la demi-finale à Brest. Mulhouse retrouvait donc l’élite du hockey français, 7 ans après son titre de champion.

Les Scorpions ne gardèrent malheureusement pas un très bon souvenir de la Ligue Magnus. Après une saison régulière compliquée, les Scorpions jouèrent les play-downs pour la première fois de leur histoire. 3 défaites plus tard, Mulhouse se retrouva en D1 avec un nouveau projet pour pérenniser un jour le club au plus haut échelon national.

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...

Fermer le menu


chargement...