Mois : août 2021

Publié le

Changement au calendrier préparatoire

En raison d'un conflit de calendrier, la rencontre contre l'Etoile Noire de Strasbourg est déplacée au 16 septembre (20h). Il n'y aura donc pas de match à l'Illberg le 8 septembre. Notez que la vente de billetterie en ligne pour cette rencontre ouvrira le 13 septembre.

Même s'il faudra attendre un peu plus que prévu, nous nous réjouissons de tous vous retrouver à la patinoirede l'llberg !

Publié le

Campagne d’abonnement 2021/2022

La campagne d’abonnement pour la saison 2021/2022 des Scorpions de Mulhouse Team Synerglace débutera demain, mercredi 25 août, à 12h. Elle sera ouverte jusqu’au 31 octobre. Nouveauté cette année : toutes les demandes d’abonnement seront traitées en ligne uniquement, via le portail de billetterie utilisé pour les rencontres chez notre prestataire Weezevent. De même, tous les paiements se feront par carte bancaire, avec la possibilité sous conditions de payer en plusieurs fois.

Autre nouveauté majeure pour cette saison, l’abonnement inclura l’accès à toutes les rencontres des Scorpions à l’Illberg cette saison. Match amical, saison régulière, Coupe de France et playoffs (ou playdowns) sont tous compris dans l’abonnement avec le même siège garanti pour les abonnés. En tribune I, qui accueille les Ultras Mulhouse, attention le placement est libre (même s'il faut choisir un siège pour souscrire son abonnement). Notez enfin qu'il n'y aura pas d'abonnements en tribune D et debout mis en vente cette saison.

Vous retrouverez dès demain 12h en page Abonnements toutes les informations nécessaires à votre souscription ainsi que l'accès au portail de billetterie en ligne. On vous rappelle néanmoins ci-dessous quelques informations pour anticiper le lancement de demain.

Paiement en plusieurs fois
Effectuez votre souscription d’abonnement en ligne puis téléchargez l'autorisation de prélèvement qui sera disponible en page « Abonnements ». Vous aurez ensuite 48h pour envoyer nous faire parvenir le fichier de prélèvement SEPA complété par e-mail à billetterie@scorpionsmulhouse.fr. Une fois ce délai passé sans recevoir le fichier, les places seraient remises en vente. Le premier prélèvement s’effectue à l'inscription et le dernier le 30/11.

Tarifs réduits
Un justificatif sera à présenter systématiquement à l’entrée pour tous les tarifs réduits. Sans justificatif valable, le tarif normal vous sera demandé.

  • Enfant de 6 ans jusqu'à 17 ans inclus (copie de la carte identité).
  • Lycéen ou étudiant (copie de la carte étudiant ou attestation de scolarité)
  • Membre Ultras de Mulhouse (copie de la carte de membre 2021/2022)
  • Licencié et parents du licencié ADHM (copie de la licence saison 2021/2022.

Carte d’abonné
Votre carte d’abonné vous sera remise en mains propres sur rendez-vous, une confirmation vous sera envoyée lorsque la carte sera prête.

Dans le cas où vous ne pourriez pas vous rendre à un match, votre abonnement peut être cédée à une tierce personne qui correspond à la même tranche tarifaire (sinon elle devra payer la différence avec le prix du billet plein tarif).

Situation sanitaire avec le Covid-19
L’accès à la patinoire de l’Illberg sera conditionné à la présentation d’un pass sanitaire valide. Le port du masque sera obligatoire dans l’enceinte de la patinoire.

Remboursement
Aucun remboursement ne sera effectué si plus de onze matchs à domicile seront ouverts au public.

Dans le cas où moins de onze matchs à domicile seraient ouverts au public, un remboursement de 50% de votre abonnement serait effectué.

Avantage boutique
Jusqu’au 30/10, profitez d’une réduction de 10€ sur le maillot 2021/2022 des Scorpions au prix de 69€ au lieu de 79€ (dans la limite d’un maillot par abonné).

Pour toute question concernant la billetterie, merci de nous contacter par e-mail à billetterie@scorpionsmulhouse.fr

Publié le

Rencontre avec Dante Salituro

Salut Dante. Je te laisse te présenter pour débuter cette interview !
Salut aux dans des Scorpions, moi c’est Dante Salituro. Je suis vraiment excité de devenir un Scorpion. J’ai hâte de vous faire vibrer et de vous proposer du beau hockey à Mulhouse !

Tu viens de North York. C’est comment chez toi ?
North York est situé dans la banlieue de Toronto, une des plus grandes villes canadiennes. Y’a plein de choses à découvrir, et je suis fier de dire que je viens d’ici !

Qu’est-ce qui t’a amené au hockey quand tu étais enfant ?
Au Canada on respire, on mange, on dort hockey. Mes deux grands frères ont grandi en jouant au hockey donc j’ai directement baigné dans le sport.

Quel type de joueur es-tu ?
Je suis un joueur très dynamique et explosif. Un très gros compétiteur aussi. J’aime marquer des buts et créer de l’offensive !

Après tes expériences en Europe du Nord, qu’attends-tu de ta première saison en France ?
Je suis vraiment impatient de commencer cette deuxième saison en Europe. Je veux simplement continuer à grandir en tant que joueur. Je suis déterminé à aider l’équipe à se qualifier pour les playoffs, puis d’y faire le meilleur parcours possible !

Tu as connu la vie d’hockeyeur des ligues mineures aux Etats-Unis. C’est comment de vivre ça ?
C’est sûr qu’on aimerait de la stabilité mais ce n’est vraiment pas facile de prédire ce qu’on va vivre. Le plus important c’est de se servir de ces expériences pour grandir et s’améliorer. En tant que joueur, on pense toujours à progresser et avancer dans notre carrière, en aidant l’équipe dans laquelle on joue, peu importe laquelle c’est, et ce en sacrifiant parfois cette stabilité.

Tu as côtoyé de sacrés joueurs dans ta jeune carrière. Lesquels t’ont le plus marqué ?
C’est vrai que j’ai joué avec et contre beaucoup de supers joueurs. J’ai été à l’école avec Connor McDavid et on a joué ensemble en grandissant. Il a toujours été un joueur fantastique, avec lequel c’est facile de jouer. Quand j’ai rejoint les 67’s dans l’OHL, j’ai pu jouer avec d’excellents joueurs comme Sean Monahan, Cody Ceci et Travis Konecny.

Qu’aimes-tu faire pendant ton temps libre ?
Je passe la majeure partie de mon temps hors de la patinoire avec ma fiancée. On aime voyager, on passe beaucoup de temps à l’extérieur. On apprécie la cuisine et regarder nos films ou séries télé préférés.

Je te laisse conclure si tu as un message pour nos fans.
Je veux que nos fans soient vraiment excités en vue de cette saison. J’ai hâte de tous vous voir dans les tribunes pour nous encourager. On va vous rendre fiers ! Go Mulhouse !

Publié le

Une collaboration pour l’entraînement des gardiens

Il y a quelques jours, Alexandre Gagnon évoquait dans son long entretien l’annonce prochaine du nouveau dispositif retenu pour l’entraînement des gardiens des Scorpions de Mulhouse. Après avoir évalué différentes options en France et à l’étranger, le staff a fait le choix de travailler cette saison avec la société Intense Hockey d’Olivier Michaud, François Proteau et Bruno-Pierre Guillemette. Ils sont basés au Québec.

Le choix s’est porté sur cette société de renom pour son expertise pointue et avec la conviction qu’ils pourront accompagner au mieux Anthony Morrone et Isaac Charpentier avec une alternance de temps de présence à Mulhouse et de travail à distance rendue possible aujourd’hui par les nouvelles technologies. Un point très important à noter est qu’Olivier Michaud a été le mentor d’Anthony Morrone lors de son passage à Drummondville, dans la LHJMQ. Un poste qu’il occupe toujours, et il sera également l’entraîneur des gardiens de l’équipe nationale junior du Canada cette saison.

Olivier Michaud pourra donc continuer à collaborer avec Anthony Morrone, ce qui semblait un atout indéniable pour le staff des Scorpions. Mais c’est un travail qu’il fera avec François Proteau et Bruno-Pierre Guillemette, qui eux se rendront à plusieurs reprises à Mulhouse tout au long de la saison pour passer l’équivalent de quatre semaines sur la glace avec nos deux cerbères.

Alexandre Gagnon se réjouit de cette collaboration naissante entre les Scorpions de Mulhouse et Intense Hockey : « Suite au départ de Landry Macrez, on a regardé en France et en Europe ce qu’il était possible de faire. On a eu des offres de coaching à distance d’entraîneurs français avec une faible présence sur place. Partant de ce constat et au fil des discussions entre Olivier, Anthony, François et moi pendant l’été, j’ai aimé cette idée de travailler ensemble, de continuer sur ce lien de confiance qui existe déjà. Anthony est un gardien autodidacte, il est lui-même entraîneur de jeunes gardiens. J’avais peur que le faire travailler avec un entraîneur qui ne le connait pas, à distance, avec peut-être une volonté de faire évoluer certains aspects de sa technique, ne soit pas adapté.  Anthony et Isaac auront des retours chaque semaine, sur leurs matches, sur les exercices spécifiques qu’on leur fera faire, qui seront filmés et analysés.  »

Bruno-Pierre Guillemette : « Pour Intense Hockey c’est une opportunité d’apprendre, de créer de nouveaux liens et de développer de nouveaux projets. Pour moi personnellement qui sera l’entraîneur des gardiens, c’est un nouveau défi que j’ai hâte de commencer. Depuis que j’ai commencé ma carrière d’entraîneur mon but a toujours été de faire progresser les gardiens que j’entraîne et c’est avec la même intention que j’ai accepté ce poste. »

Publié le

Dante Salituro clôt le recrutement

Nous sommes heureux de vous annoncer que l’effectif des Scorpions de Mulhouse est désormais au complet, avec la récente signature de l’attaquant canadien Dante Salituro.

Dante Salituro est originaire de la région de Toronto dans la province de l’Ontario. C’est un attaquant de petit gabarit (1m73, 80 kg) qui vient pour évoluer au centre de l’attaque mulhousienne, mais il est aussi capable de jouer à l’aile. Il fêtera ses vingt-cinq ans au mois de novembre prochain. Dante Salituro est un bon patineur, créatif en attaque et réputé pour être un féroce compétiteur.

Après avoir passé presque tout son junior majeur avec les Ottawa 67’s, il a tenté sa chance chez les professionnels à 20 ans entre AHL et ECHL avant de revenir du côté de London, en junior, pour ses derniers mois d’éligibilité. Depuis, il a fait des étincelles en ECHL, obtenant sa chance – sans succès – en élite Finlandaise au début de la saison 2019/2020. La saison passée, il était le leader offensif dans un modeste club d’élite norvégienne, le Narvik Ishockeyklubb, dont il a terminé meilleur buteur et pointeur avec 12 buts et 8 passes en 27 rencontres.

Alexandre Gagnon se félicite d’avoir mis la main sur cet attaquant de talent : « Nous avons été patients pour choisir notre dernier attaquant car nous voulions un joueur qui complétait le casse-tête parfaitement… Nous sommes confiants de l’avoir trouvé en Dante. C’est un joueur électrisant offensivement, une menace pour tous les gardiens de la ligue ! Il a déjà une belle expérience malgré son jeune âge et a, lui aussi, déjà de l’expérience en Europe. Nous pensons qu’il sera un joueur dominant dans la ligue et souhaitons l’aider à continuer sa progression et son apprentissage car il est capable de jouer dans les niveaux supérieurs en Europe. Des vétérans comme Labelle, Pistilli, Lessard etc… pourront lui amener de l’expérience et de la sagesse ! Au total, aucun de nos étrangers en est à sa première expérience Européenne et pour nous c’est énorme. »

Nous souhaitons la bienvenue à Dante chez les Scorpions !

Le profil de Dante Salituro sur eliteprospects.com : cliquez ici

Vous souhaitez parrainer Dante la saison prochaine ? N’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe commerciale dès à présent par e-mail à partenaires@scorpionsmulhouse.fr. Nous nous ferons un plaisir de discuter de cette possibilité avec vous, ou encore évoquer nos nouvelles offres commerciales pour la saison 2021/22. N’hésitez pas non plus à nous demander notre nouveau catalogue pour, vous aussi, signer dans la bonne équipe ! 

Crédit photo : SaiPa

Publié le

Rencontre avec Alexandre Gagnon (partie 2/2)

J’imagine que tu as déjà une petite idée des lignes que tu veux former…
On a toujours une petite idée oui. J’en discutais hier encore (jeudi dernier, NDLR) avec certains joueurs vu qu’on active toutes les pistes pour trouver notre dernier joueur, on essaie de trouver des relations qui ont déjà joué avec des joueurs de l’équipe. Je me répète mais c’est important de trouver des bons joueurs et aussi des bonnes personnes. Et de ces discussions, je pense qu’il ressort que sur les trois premiers blocs, on peut vraiment faire différentes combinaisons. On a de la marge de manœuvre pour avoir deux ou trois lignes efficaces, j’ai un plan d’alignement plutôt homogène, un autre avec deux lignes très fortes, un avec une ligne défensive très forte pour affronter le premier trio adverse. Mais les plans qu’on fait au mois d’août sont toujours mis à mal par les blessures donc on verra…

Que penses-tu du championnat à venir. Beaucoup de clubs semblent monter des équipes séduisantes…
Je trouve ça bien ! On a tous envie d’aller en playoffs. Mais les recrutements, ça ne se fait pas que sur Elite Prospects ! On a tous besoin de prendre les meilleurs joueurs possibles avec le budget disponible, mais ensuite il faut choisir les bons profils pour créer la bonne chimie d’équipe. J’ai l’impression que j’ai réussi ça donc on verra… Le marché a changé en Europe depuis l’an passé, les prix sont tombés et on voit des joueurs nord-américains préférer rester en ECHL par exemple. Je pense que celui qui va prédire le classement est vraiment devin. Il va y avoir des surprises, des équipes qu’on voit plutôt 8-9-10 qui vont peut-être faire top-6. On voit Angers qui change d’entraîneur et a connu une lourde perte derrière le banc, ce qui offre un peu d’incertitude. On a vu des grosses signatures un peu partout, je pense aussi que ce sera intéressant de voir Deschamps jouer contre Rouen par exemple.

L’équipe partira avec six points de pénalité au classement. Comment as-tu vécu cette sanction ?
C’est frustrant mais je n’étais pas là en 2019/2020 donc je ne peux ni prendre une responsabilité, ni jeter la roche. On se doit de vivre avec cette décision et regarder de l’avant. On a juste une option, vraiment, c’est de voir ça comme une motivation. On a deux victoires de plus à aller chercher et on va travailler pour faire un top-6 et s’assurer d’avoir les pieds en playoffs malgré cette décision.

J’imagine que la perspective de retrouver du public doit te réjouir !
On avance tous les jours sur des petits dossiers mais on a tous ça en tête. Je compte pas mal jouer là-dessus lors du camp d’entraînement avec les joueurs. De rappeler aux gars ce qui s’en vient : le premier match à la maison contre Nice, le premier match sur la route, le retour des gens dans les estrades, d’avoir tout le monde qui se lève sur notre premier but. Ça va nous donner des frissons et j’ai vraiment hâte. Ce sont des moments privilégiés dans notre sport et ça doit nous donner de la motivation. Et ça donne aussi envie de retrouver une vie normale parce que ça va de pair. Lorsqu’on aura une salle comble à Mulhouse je pense que notre quotidien sera plus normal aussi. Ça veut aussi dire qu’après le match on pourra aller boire une bière avec nos partenaires au VIP, retrouver ce contact humain qui nous manquait.

Tu es revenu à Mulhouse récemment et tu as un gros mois d’aout de prévu avec les Alsace Hockey Camps qui viennent de débuter. Quelle est ta première impression sur ces nouveaux camps que le club vient de lancer ?
On est content, au total on a une soixantaine de stagiaires sans compter les jeunes Scorpions, surtout des jeunes de la région qui participent. Pour lancer ces camps on a fait un effort et offert un rabais aux jeunes du club de Mulhouse. La première année on doit toujours procéder à des ajustements mais on commence en douceur puisque pour le moment il y a seulement le camp élite. Ça donne le temps de voir avant les semaines trois et quatre où on aura plus de joueurs. Ces stages ça ne me donne pas de stress, j’en ai organisé vraiment beaucoup donc je sais que ça va être bien pour une première année. Et l’année prochaine on sera déjà meilleur et encore plus pour la troisième année. Je suis déjà content sur ce que je vois dans le stage élite. On a des joueurs U17 qui sont avec nous et qui vivent une immersion avec les pros, sont sur la glace avec et contre eux. Ce n’est pas toujours facile pour eux. Le petit U17 qui va au duel avec Teemu Loizeau il a peu de chance de gagner son duel, mais il voit ce que c’est le niveau Magnus.

Le club peut profiter cet été des fameuses patinoires synthétiques installées à l’Illberg. Peux-tu nous parler de ce beau projet dont tu es à l’origine et les perspectives d’avenir qu’il offre ?
Je vais faire le même parallèle avec les stages. C’est la première installation qu’on fait, les élus ont voulu voir ce qu’on pouvait faire avec ces patinoires. Ils ont vu qu’avec ça on peut doubler le volume d’entraînement et je pense que dans trois ou quatre ans on pourrait aller beaucoup plus loin. C’est une façon simple de doubler le temps d’action des jeunes, c’est parfait pour le maniement de palet, les tirs, entraîner les gardiens. Cette semaine chaque joueur du stage élite a fait une séance d’environ une heure et par exemple travaillait en prenant deux cents tirs. On répétait un geste précis. Sur la glace ça ne serait pas possible car on ne trouverait jamais les créneaux de glace suffisants pour faire tout ça. Même chez les pros en fin d’entraînement ce n’est pas possible. Je trouve cette idée super cool et qu’on ait pu le mettre en œuvre. Est-ce que c’est parfait ? Non. Est-ce que c’est idéal dans le parking ? Les joueurs pros peuvent pas tous patiner sans se cogner la tête. (rires) Mais ça montre à quoi ça sert et c’est vraiment bien. Les gens peuvent se rendre compte. L’ADHM l’a utilisé et ils ont adoré. On veut pouvoir pousser le projet un peu plus loin et voir avec la municipalité ce qu’on veut faire.

Y’a-t-il d’autres projets en préparation dont tu veux nous parler ?
Oui on a pas mal de projets en tête, qui ne se feront pas d’un claquement de doigt donc on travaille dessus. On a par exemple plusieurs communes de la M2A dans lesquelles on ira mettre en place des journées pour faire découvrir aux habitants le hockey sur glace et les Scorpions. C’est quelque chose qui pourra ramener des jeunes vers l’ADHM, ramener un nouveau public aux matches, créer un intérêt. C’est quelque chose qu’on prépare depuis la saison passée et qui va pouvoir se mettre enfin bientôt en place. On espère que ça lancera la dynamique pour faire avancer de plus gros projets qu’on a en tête.

Es-tu satisfait de la vie à Mulhouse ?
Ça se passe super bien ! On est bien installé. C’est bien car on a un gros mois d’août de prévu donc ça fait moins de choses à faire contrairement à l’an passé après notre arrivée. On a nos repères, on a les endroits où on apprécie aller, on connaît des gens. Je sais comment les gens travaillent maintenant, ça facilite la chose et ça donne même envie de se projeter plus loin dans l’avenir. Et comme personnellement ça se passe bien avec ma famille, on est très heureux ici.

Veux-tu conclure avec un dernier mot pour nos fans ?
Je ne veux pas tomber dans le cliché. L’attente qu’on a de retrouver le public… Les gens n’ont pas idée du mal que ça nous a fait de ne pas le vivre l’an passé. C’est bien la technologie mais ça ne remplace pas le contact humain : physique, sonore, visuel. Quand on a du monde à la patinoire il fait plus chaud, ce n’est pas pareil. Mais vraiment cette année encore plus que les autres, on a envie de retrouver les fans. Vivre ces buts en fin de match qui donnent la victoire, qui fait que tout le monde derrière va passer une bonne semaine, va parler du match autour de lui car ça aura été une super expérience. C’est quelque chose qui ne s’explique pas, ça se vit.  J’espère vraiment que tout le monde sera au rendez- vous pour retrouver cette folie, ces moments de stress et d’intensité. J’ai vraiment hâte de recroiser ces regards, taper dans les mains des gens. Si on fait ce sport-là, c’est pour ça. (Alors qu’arrive sa femme) Même ma femme a bien hâte de voir la patinoire remplie, d’entendre les Ultras crier. (Ce qu’elle confirme, impatiente de voir en vrai ce qu’elle avait vu en vidéos avant de venir à Mulhouse).

Publié le

Rencontre avec Alexandre Gagnon (partie 1/2)

Tu termines ton deuxième été à la tête des Scorpions. Ta stratégie pour construire l’effectif a-t-elle été différente de l’année dernière ?
C’était différent, tout simplement parce que l’an passé, quand je suis arrivé, certains joueurs étaient déjà sous contrat. Je n’avais pas non plus encore la connaissance du marché des JFL, pour eux je m’étais donc beaucoup fié aux connaissances de Yorick et Erwan. C’est le gros changement cette saison, j’ai pu prendre connaissance du marché JFL, je connaissais mieux les joueurs en règle générale, également nos propres joueurs, je pouvais davantage comparer et voir ce qu’il était possible de faire au mieux avec notre masse salariale. D’ailleurs pour les JFL c’est une course folle dès le début de l’intersaison, alors que je préfèrerais prendre plus le temps, mais si on n’embarque pas immédiatement dans la danse on perd au change. Je pense aussi que les joueurs y perdent au change à ce que ce marché se règle si vite. Pour les étrangers, ensuite, j’ai misé sur des joueurs que je connaissais personnellement, qui adhéraient totalement à notre projet. Certains ont accepté de venir à un coût moindre que leur valeur. Donc en résumé je savais où je voulais aller dès le départ, l’angle d’attaque était différent. Aujourd’hui j’ai pu constituer l’équipe cent pour cent à ma façon, et d’ailleurs si ça venait à ne pas fonctionner je ne pourrais pas m’en cacher !

Quand tu parles de projet, tu parles de moyen terme pour ces joueurs ?
Je veux rappeler que j’ai un contrat de trois ans. J’avais des idées pour l’année un, mais on a vécu le Covid-19. On part sur l’année deux, l’idée c’est de se dire qu’on veut faire une belle année pour essayer de rester ensemble pour deux ans, garder une certaine stabilité et voir après où on en sera. On veut travailler à moyen terme avec les jeunes qu’on avait l’an passé et qu’on a gardés.

A quel point es-tu satisfait de ton effectif ?
Je suis très content et excité. J’ai hâte que ça commence et que les gens découvrent les joueurs qu’on a signés. Dans le genre d’équipe qu’on avait en tête, on n’est vraiment pas loin de ce qu’on voulait. Le dossier de Quentin Papillon a un peu chamboulé l’histoire. Il voulait tenter sa chance à l’étranger. Il sortait de deux excellentes saisons, il avait des demandes légitimes dans le cas où il serait resté en France, mais qui mettaient en difficulté notre projet de construction. On aurait pu donner plus d’argent à Quentin par exemple, mais ça aurait en conséquence diminué l’enveloppe disponible pour améliorer l’équipe devant lui. Il avait alors des offres qui pointaient le bout de leur nez, je lui ai dit que c’était peut-être le moment pour lui. Cette décision m’a coûté un peu de sommeil pendant quelques jours, mais je pense aujourd’hui qu’on a fait le bon choix en cherchant un jeune gardien à qui on offre la chance d’être titulaire en Ligue Magnus. Ce choix nous permet de consacrer plus, financièrement, pour avoir une défense solide devant lui. C’est un échange gagnant-gagnant, Anthony Morrone est très talentueux, je le connais bien et je sais qu’il va être très bon. Et ça lui donne cette opportunité d’être titulaire en SLM. C’est vraiment cet élément déclencheur concernant le poste de gardien qui a permis, derrière, de voir un peu plus clair sur l’argent disponible pour le reste de l’équipe et de convaincre certains joueurs qui nous ont rejoints depuis. L’équipe a pu prendre forme comme je l’imaginais. On a un bon mélange avec des jeunes français intenses, fougueux, qui ont tout à gagner à se défoncer. Puis d’autres joueurs d’expérience avec de la qualité, un mix de talent et de jeu physique. Il ne manque plus qu’une pièce au puzzle.

Justement concernant ce dernier joueur, où en est-on ?
On avait signé notre premier centre, on était super content mais justement il était peut-être un peu trop bon… Il a eu juste après une offre en AHL, pour jouer dans sa région et il m’a rappelé pour m’annoncer que c’est le genre d’opportunité qu’il ne pouvait pas laisser passer. Je comprenais sa décision mais entre-temps beaucoup de joueurs ont signé un peu partout. Il s’est passé plusieurs semaines, là on avait budgété de quoi recruter un bon joueur donc aujourd’hui on veut vraiment prendre le temps de faire le bon choix. C’est un joueur qui doit changer le visage de l’équipe. On a actuellement deux bonnes grosses paires d’ailiers, une belle ligne de centres. Là ce qu’il nous faut c’est de la bonne intelligence de jeu, des skills, de la vision, un joueur qui va pouvoir encore améliorer notre powerplay. Il y a des joueurs disponibles, il y a des joueurs qui veulent venir chez nous mais… On est vraiment à un carrefour. J’attends des réponses d’un jour à l’autre sur certains profils qu’on a ciblés et qui, si on arrivait à se mettre d’accord, pourraient signer très rapidement.

Trouver des joueurs pour améliorer notre powerplay était une priorité ?
Oui, car quand on voit nos signatures en défense et les prolongations de nos jeunes joueurs on a ce qu’il faut pour avoir un bon désavantage numérique. Sans vouloir minimiser le désavantage numérique, c’est un secteur qui repose beaucoup sur le gardien, sur le système et sur la volonté des joueurs sur la glace. Je pense qu’on a ces ingrédients aujourd’hui.
Pour le powerplay, tu as beau avoir le meilleur plan au monde, si les joueurs n’arrivent pas à concrétiser c’est compliqué. L’an passé on faisait de bons jeux, mais on peinait à concrétiser, on a touché beaucoup de poteaux aussi. On avait déjà Kevin et Jerry qui sont de bons joueurs de powerplay, là on ajoute Labelle devant la cage, Pistilli, les frères Pietroniro. Je pense que ça nous aidera. Parfois il nous manquait ce petit but pour mener dans le match et changer la suite de la rencontre.

Tu sembles trouver l’équipe mieux armée offensivement pour cette saison…
Oui, mieux équilibrée et peut-être plus adaptée à la façon dont je coache. On est rapide, on est très physique sans nécessairement être dur. On a de gros bonshommes dans l’équipe avec Loizeau, Lessard, Labelle, Pistilli, Jurik en attaque. Et comme évoqué avant, ça devra se traduire avec un meilleur powerplay.

Ta première saison comme entraîneur en SLM t’a-t-elle plutôt convaincu de changer des choses dans ton système de jeu ou conforté dans tes idées ?
On va adapter des choses, c’est sûr, mais en général j’ai aimé la façon dont on jouait l’an passé. Certains coaches n’aiment pas adapter leur coaching à leur équipe, pour ma part j’essaie quand même de le faire selon les joueurs que j’ai dans mon effectif. En tout cas l’équipe qu’on a construite colle avec le système que j’avais en tête. Toutes les équipes veulent aller en playoffs, veulent créer la surprise en Coupe de France. Mais en bout de ligne ce qui m’intéresse va au-delà : je veux qu’on ait un système pour les embêter si on devait affronter Rouen, Grenoble ou Angers en playoffs sur une série en sept matches. Je veux qu’ils ne soient pas confortables s’ils doivent nous affronter et de mon côté je dois trouver le bon système, quitte à faire des changements en cours de route, car il y a toujours une faille à exploiter en face. Ça passe par une grosse discipline de l’équipe et je veux qu’on soit à chaque match les plus intenses, les plus physiques, qu’on soit les meilleurs dans les duels.

Il y a eu quelques changements dans le staff lors de l’intersaison. Peux-tu nous les expliquer ?
Oui commençons par le poste de de chef matos, Thibault Jean m’a appelé pendant l’été pour me dire qu’il partait à Lausanne. On le félicite et on est content pour lui, même si ça nous a mis dans la merde (rires). On est super chanceux d’avoir rapidement trouvé Florent Leblanc. C’est un ancien joueur U20 élite d’Angers qui est proche de Steve Artano, le chef matos des Ducs. Ça faisait deux, trois ans qu’il se formait à ce rôle. C’est quelqu’un de passionné, qui connaît le hockey, qui voulait vraiment se former à ce métier. Il est très structuré et ordonné donc on est content.
L’autre changement c’est pour le poste d’entraîneur des gardiens avec le départ de Landry Macrez. Je pense qu’on était la seule équipe de la ligue à avoir un entraîneur des gardiens à temps plein. Financièrement, encore plus après l’année qu’on a connue, on ne peut pas se le permettre. On a offert la possibilité à Landry de continuer à travailler avec nous comme consultant s’il restait dans la région mais ce n’était pas possible pour lui. On a trouvé une solution externe pour, malgré tout, avoir du coaching spécialisé pour nos gardiens. Nous annoncerons prochainement la solution retenue.

Vous continuerez de fonctionner comme l’an passé pour la préparation physique ?
On continue avec Guillaume Groulx, à distance depuis le Canada. Mais son rôle, en travaillant avec son application sur smartphone, sera plus d’analyser les données des joueurs. On continue à leur demander chaque matin de remplir un questionnaire et de faire chaque lundi un bref test physique. Individuellement ce n’est pas forcément intéressant mais du point de vue collectif, ça nous aide beaucoup à observer les tendances dans l’équipe, à adapter la charge de travail si on constate de la fatigue. On a testé ce dispositif l’an passé, cette saison on va pousser un peu plus loin la collaboration. Guillaume continuera de préparer les programmes des joueurs. On va ajouter Anthony Goncalves, qui jouera avec Colmar en Division 2 et sera mutualisé avec l’entente Alsace dans un rôle de préparateur physique. Il pourra venir sur place deux fois par semaine et aider les jeunes avec des exercices spécifiques, accompagner les blessés dans leur réhabilitation. Anthony et Guillaume communiqueront pour vraiment bien mettre en place le programme, sachant que les joueurs ont quand même de la liberté dans ce travail. Ça déchargera aussi Erwan et moi de ces tâches, et on pourra même compter en bonus sur l’expérience de Shawn Boutin. En tant que joueur, il sera un mentor pour nos jeunes avec son expertise dans ce domaine.

Les Scorpions auront une préparation relativement courte. Pourquoi ?
Vu la saison passée, la situation avec le Covid-19, on s’en est sortis avec les aides et le soutien des partenaires et institutions donc il fallait trouver des solutions. On a tout simplement décidé de débuter les contrats des joueurs au premier septembre. C’est aussi pour ça qu’on a proposé aux jeunes de participer au camp du mois d’août et on a déjà douze joueurs sur vingt-cinq qui vont en profiter. Les joueurs qui arriveront en dernier, fin août, sont surtout ceux qui chez eux touchent la glace quatre ou cinq fois par semaine et dont je sais qu’ils arriveront prêts pour notre camp d’entraînement. On jouera ensuite six matches en peu de temps, c’est un nombre de matches qui nous convient même si tout n’est pas parfait dans notre programme. Forcément on aurait aimé jouer des équipes deuxième ligue suisse ou de DEL2, et on avait commencé à le planifier, mais la situation rend cela compliqué.

A suivre.... Rendez-vous plus tard dans la semaine pour découvrir la deuxième partie de notre entretien.

Publié le

Au revoir Thibault Jean, bienvenue Florent Leblanc !

Alors que nous vous annoncions le staff des Scorpions pour cette saison il y a quelques semaines, nous devons aujourd’hui vous annoncer un changement concernant le poste de responsable matériel.

Au club depuis deux saisons, Thibault Jean s’en va pour saisir une belle opportunité professionnelle qui s’est récemment présentée à lui et face à laquelle notre club ne pouvait en aucun cas rivaliser. Nous remercions Thibault pour ces deux saisons et lui souhaitons bonne chance dans sa nouvelle aventure.

Pour le remplacer, c’est Florent Leblanc qui a été engagé. Florent est un jeune chef matos dynamique qui arrive du club d’Angers. Ancien hockeyeur durant toute sa jeunesse, il a appris ce rôle parallèlement au sein de la structure amateure angevine avant de découvrir le quotidien de la Synerglace Ligue Magnus la saison passée. Florent est d’ores et déjà arrivé à Mulhouse et au travail pour préparer la saison. Bienvenue chez les Scorpions !

Publié le

Les Scorpions sont validés

J’ai l’honneur de vous annoncer que les Scorpions de Mulhouse sont validés en Synerglace Ligue Magnus pour la 5ième saison consécutive.

C’est le résultat d’un travail sérieux de toutes les personnes qui œuvrent chaque jour pour l’équipe et que je remercie.

Mais cela n'aurait pas été possible sans le soutien sans faille de nos partenaires institutionnels, la Ville de Mulhouse, la M2A – Mulhouse Alsace Agglomération, la région Grand Est et la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) qui nous ont accompagnés sans restriction la saison dernière et qui ont renouvelé leur soutien pour la saison à venir.
Merci à nos sponsors qui ont fait ce qu'il fallait pour que nous puissions aborder la prochaine saison sereinement.
Merci à nos supporters qui nous ont suivi à distance et qui attendent avec impatience la nouvelle saison.

Comme vous le savez la saison 2020/2021 s’est déroulée dans des conditions très particulières sur le plan sanitaire et mais aussi sur le plan financier pour le club.  En effet, suite à la validation en appel de l’équipe la saison dernière la CNSCG (Commission Nationale de Suivi et de contrôle de Gestion) avait exigé un audit externe des comptes de la saison 2019/2020.  Sur la base des conclusions de cet audit externe la CNSCG a décidé de sanctionner le club de Mulhouse de six points fermes pour la saison 2021/2022. Même si le club trouve la sanction lourde et très pénalisante pour l’équipe nous ne ferons pas appel de cette décision.  En effet, le club a eu l’occasion, lors du processus de validation, de s’expliquer et de justifier le bien-fondé des opérations pour lesquelles nous avons été sanctionnés. Maintenant le club souhaite mettre toute son énergie à préparer sereinement la suite.

Nous sommes maintenant tournés à 100% vers la nouvelle saison qui nous réservera, j’en suis certain, de bons moments. Nous comptons sur vous tous pour soutenir et encourager la belle équipe qu’Alexandre Gagnon mènera le plus loin possible cette saison.

La campagne d’abonnement commencera le 27 août 2021. Toutes les informations utiles vous seront transmises ultérieurement.

Je vous souhaite à toutes et tous de bonnes vacances et rendez-vous le 21 septembre 2021 pour le premier match officiel à domicile de la saison.

Sportivement vôtre,
Alain Cheval
Président