Rencontre avec...

Valérian Croz

Valérian, pour commencer peux-tu nous retracer ton parcours de hockeyeur ?
J'ai commencé à six ans à Chamonix, ensuite je suis parti de l'autre côté de la vallée à Mont-Blanc où j'ai passé quatre ans en minimes et cadets. Je suis ensuite revenu à Chamonix, où j'ai passé mes quatre saisons juniors et j’ai intégré le groupe Ligue Magnus. Je suis ensuite parti deux ans à Montpellier en D1 et, enfin, je suis rentré dans la « yaute » depuis quatre saisons à Mont-Blanc en D1.

Qu’est-ce qui t’a amené au hockey ?
Je suis allé voir deux, trois matchs avec mon père à Chamonix et un matin, à l'école, un grand monsieur tout barbu que tout le monde appelle « Rocky » est venu en quelques sortes faire de la pub pour recruter des futurs hockeyeurs. Le mercredi suivant, j'étais sur la glace et « Rocky » m'apprenait les premières bases de patinage. Je le remercie d'ailleurs, j'ai tout de suite adoré et c'était parti !

Quel style de joueur es-tu ?
Je suis un petit gabarit donc mon style de jeu est basé sur la vitesse de patinage et le travail pour gratter des palets. Je suis plutôt offensif, j'adore l'attaque ! Mais je sais faire mon travail défensif, d'ailleurs j'aime beaucoup jouer en boxplay pour aider l'équipe.

Tu as eu l'occasion de croiser Mulhouse souvent sur ta route, ton cousin Etienne a d’ailleurs joué ici. Pourquoi avoir choisi notre club ?
Oui, j’ai joué pas mal de fois à l’Illberg et j’ai même été éliminé en quarts de finale avec Montpellier lors du dernier titre des Scorpions, un très mauvais souvenir (rires). J'ai choisi Mulhouse car je voulais repartir dans un club professionnel et ambitieux. J'ai entendu beaucoup de bien de ce club et donc, oui, Etienne mon cousin m'a dit que j'allais être bien à Mulhouse.

Statistiquement, la saison dernière t'a vu marquer douze buts (son record, NDLR) et seulement trois petites assists. Tu t'es révélé en buteur ?
Mon cousin ne voulait jamais marquer ! Du coup, la colonne des assists n'est pas super (rires). Je ne sais pas, j’étais très en confiance et bien en place dans l'équipe. J’espère en marquer autant avec les Scorpions !

Que peux-tu nous dire sur Adrien Glévéau, qui a aussi signé en provenance de Mont-Blanc ?
Adri est un joueur très physique de par son gabarit, avec beaucoup de potentiel. Il a vraiment progressé et passé un cap. Il est plus mature dans son jeu et il a plus confiance en lui, il a fait une très belle saison.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de hockeyeur ?
Mes meilleurs souvenirs… Je dirais le titre minime avec Mont-Blanc et ma première saison à Montpellier.

Qu'aimes-tu faire pendant ton temps libre ?
Pas de temps libre à Mont-Blanc ! Quasiment toute l'équipe travaille à plein temps, moi je suis maçon, conducteur d'engins dans une grosse boîte locale. En ce moment j’en profite pour passer du temps avec les copains, de voir mes parents et prendre soin de ma copine.
 
Pour conclure, as-tu un message pour nos supporters et lecteurs ?
J'aimerais vous voir aussi incroyables que quand je suis venu jouer ici, l’ambiance est impressionnante ! Mais cette fois je serai du bon côté, j'ai vraiment hâte et j'espère que l'on fera une belle saison tous ensemble.

Petite précision, le « Z » à la fin de Croz ne se prononce pas. On dit donc Valérian Cro.

Rencontre avec...

Partager sur