Rencontre avec...

Hugues Cruchandeau

Hugues, en tant qu’Alsacien, es-tu content de venir à Mulhouse ?
Oui, je suis content de revenir en Alsace, proche de ma famille et de mes amis.

Quels sont les faits marquants de ta carrière ?
Le fait d'avoir joué une finale de ligue Magnus (avec l’Etoile Noire en 2011) reste mon plus beau souvenir. Mes titres de champions de France en junior excellence et en Division 1 restent également de très beaux moments. Je suis aussi fier d’avoir porté le maillot de la France en moins de 20 ans et en A'. Pendant ma longue période strasbourgeoise (plus de dix ans, NDLR), j’ai rencontré beaucoup de monde, dont des coéquipiers qui sont devenus des très bons amis, mais aussi un entraîneur et un club qui m'ont permis de m'épanouir dans le hockey.

Quand as-tu démarré le hockey ?
J'ai démarré à l'âge de quatre ans. Ma famille, du côté de mon père, était déjà dans le monde du hockey.

Tu as quitté l’Alsace pour passer les deux dernières saisons à Morzine.
J'ai quitté Strasbourg car je cherchais un nouveau challenge, et je voulais aussi me prouver que j'étais capable d'évoluer en Ligue Magnus dans un autre club. J’ai choisi Morzine pour plusieurs raisons. C’est un club familial qui m'a très bien accueilli et que je remercie. En plus ma femme et moi adorons la montagne.

Tu as porté le A sur ton maillot les six dernières saisons. Que penses-tu de ce rôle ?
C'est dur à expliquer. Il faut se montrer exemplaire sur la glace et en dehors. Il faut aussi pouvoir faire passer les messages du coach aux joueurs et vice-versa. Cependant, je pense que tout joueur dans son équipe doit avoir son mot à dire, on est tous dans le même bateau, on veut tous gagner et prendre du plaisir ensemble.

Tu as joué dix ans en Ligue Magnus. Ne prends-tu pas un risque à 28 ans à venir en D1 à Mulhouse ?
Non, la Division 1 est une bonne ligue. Je cherchais un club avec de l'ambition et une bonne organisation. Et si je devais quitter la Ligue Magnus, c'était avec le souhait de me former en même temps (formation d'entraîneur CQP, NDLR). Mulhouse répond à tous ces critères.

Tu connais l’Illberg … Que penses-tu de cette patinoire et du public ? Comment as-tu vécu certains derbys ?
C'est une belle patinoire avec un public présent, qui compte vraiment dans la balance lors des matchs. Certains derbys étaient plus chauds que d’autres mais cela a toujours été à la hauteur de mes attentes ! J'espère retrouver cette ambiance et maintenant je jouerai à la maison.

Que penses-tu du club des Scorpions ?
C'est un club qui a de l'ambition et une bonne structure, mais qui ne cherche pas à aller plus vite que la musique.

Connais-tu bien certains joueurs ?
Je connais Tarik depuis plusieurs années. On a beaucoup joué l'un contre l'autre. Je l’ai aussi côtoyé en dehors de la glace.

De par ton expérience, penses-tu pourvoir apporter également du leadership aux Scorpions ?
J'espère, mais pour pouvoir être un leader, il faut d'abord gagner le respect de ses coéquipiers. Pour cela, il n’y a qu'une méthode, c'est de donner 100 % tous les jours.

Comment décrirais-tu ton jeu ? Es-tu un défenseur défensif ou plutôt offensif ?
Je suis plus défensif, mais pour mon style de jeu je vous laisserai le découvrir. Je n'ai pas envie que mes amis et mes anciens coéquipiers sautent sur cette opportunité pour se moquer de moi !

Quel est ton programme avant le début de la saison ?
Je vais me préparer physiquement comme je l’ai toujours fait. Je vais aussi profiter de mes jumeaux. Pour les vacances, rien d’exotique, je suis allé à Strasbourg, Paris et je suis en ce moment en Angleterre pour quelques semaines avec ma belle-famille.

Connais-tu la région mulhousienne ? Parles-tu alsacien ?
Non, on ne connaît pas bien. On est passé par Mulhouse pour déposer nos affaires avec ma femme et mes garçons. Nous sommes restés quelques jours et c'était très sympa. Je tiens vraiment à remercier le club pour cet accueil. Et non, je ne parle pas alsacien …

Merci beaucoup Hugues et bienvenue à Mulhouse ! Manu

Crédit photo : G. Varela/20 Minutes

Rencontre avec...

Partager sur