Rencontre avec...

Kévin Ottino

Kévin, que souhaiterais-tu dire aux fans des Scorpions pour te présenter ?
Je m'appelle Kevin Ottino, j'ai vingt-trois ans, et je suis né à Evry où j'ai débuté le hockey à 4 ans. Après être passé par Reims, Montpellier et La Roche-sur-Yon, j'ai décidé de poser mes valises en Alsace !

Si tu devais décrire le hockeyeur que tu es, que dirais-tu ?
J'estime être un hockeyeur physique et en même temps tactique. J'analyse beaucoup le jeu et les déplacements de mes coéquipiers et adversaires afin d'être le plus efficace possible. Je suis plutôt passeur, même si il m'arrive de marquer des buts.

Quels aspects de ton jeu aimerais-tu améliorer ?
Une chose à améliorer dans mon jeu... Je pense qu'on ne peut que s'améliorer encore et encore, et je ne demande que ça ! 

Tu sors de deux saisons en D2 avec La Roche-sur-Yon, qui était parmi les bonnes équipes du championnat. Peux-tu nous parler de ces deux saisons, aussi bien sur le plan personnel que collectif ?
J'ai décidé de partir au Hogly pour bénéficier d'un temps de glace plus important qu'à Montpellier. Ces deux années ont été très importantes d'un point de vue perso et pro. Sur le plan perso, j'ai pu m'épanouir dans un très bon club, avec une ambiance incroyable à chaque match. Sur le plan pro, j'ai progressé dans ma vision du jeu, j'étais sur le premier bloc donc j’avais beaucoup de temps de jeu, mes coéquipiers sont devenus de vrais amis. Nous étions très soudés et après la déception de l'élimination en quarts de finale la première année, nous sommes revenus encore plus forts et avec la gnaque. Ce qui nous a aidés pour aller jusqu'en finale de D2, et donc d'accéder à la Division 1. Quand les efforts paient, on est toujours heureux d'avoir contribué à ça et on se sent fier d'avoir porté les couleurs de notre équipe jusqu'au bout.

Tu as disputé quelques saisons en D1 pendant tes années U22, mais tu n’as jamais affronté Mulhouse. Signer avec les Scorpions, est-ce se lancer dans l’inconnue pour toi ?
Bien que je n'aie jamais joué contre les Scorpions, j'ai beaucoup entendu parlé de cette équipe, qui semble forte et ambitieuse. Intégrer une équipe comme celle-ci est une vraie chance que je compte saisir ! L'inconnu reste excitant, c'est ce qui nous donne envie de donner le meilleur de nous-même ! 

Qu’espères-tu de la saison à venir ?
J'espère pouvoir contribuer aux bons résultats de l'équipe de la meilleure des manières. Je souhaite évidemment que l'équipe aille le plus loin possible, mais qu'il y ait une bonne entente et qu’une vraie solidarité se crée avec mes coéquipiers !

Est-ce que, aujourd’hui encore ou dans ta jeunesse, tu as avais une idole ?
Une idole... Je dirais Pierre-Édouard Bellemare, depuis que je suis petit je le voyais évoluer jusqu'au jour où l'équipe de France joua contre le Kazakhstan à Viry-Châtillon et que j’ai passé une demi-heure à attendre devant le vestiaire pour qu'il signe mon affiche du match (signature finalement obtenue, NDLR). Sans oublier mon frère Anthony Duchosal qui a eu un joli parcours international que j'espère égaler un jour.

As-tu des passions en dehors du hockey ? Comment vas-tu occuper ton été jusqu’à la reprise ?
J'aime cuisiner, sortir avec des amis, jouer à la console, j'aime le cinéma et la musique. J'aime aussi suivre les Français à l'étranger, notamment Charles Bertrand qui est un ami d'enfance. Tous les étés, je travaille pour le compte du restaurant familial proche de Montpellier, puis il y a la préparation estivale avant la reprise. 

Je te laisse le dernier mot.
Je suis vraiment très heureux de faire partie de l'aventure des Scorpions. J'ai entendu dire que l'Illberg est une patinoire avec beaucoup d'ambiance, et de très bons supporters ! Rendez-vous en août et pour le maximum de temps j’espère ! 

Photo : Hogly

Rencontre avec...

Partager sur