Interview

Rencontre avec Andrei Esipov

Bonjour Andrei. Tu es né au début des années 1980 quand la Russie dominait la planète hockey. Etait-ce une évidence pour toi de pratiquer ce sport ?
Quand j’étais petit, tous les garçons de mon âge voulaient soit devenir joueur de football, soit joueur de hockey sur glace. J’ai choisi le hockey.

As-tu grandi avec une ou des idoles de l’équipe soviétique pour inspirer le jeune hockeyeur que tu étais.
Je n’avais pas d’idole en particulier, mais j’aimais bien Viacheslav Fetisov et Vladimir Konstantinov.

Si tu devais décrire ton style de jeu, que dirais-tu ?
Je suis un joueur qui se concentre sur l’aspect défensif du jeu. J’aime aller travailler dans les coins.

Tu as passé la majeure partie de ta carrière dans la première division russe. En 2008, ce championnat est devenu la KHL. Est-ce que ça a changé quelque chose pour toi ?
Oui ça a changé pas mal de choses pour les joueurs. On a obtenu que les contrats soient plus solides, les joueurs ne pouvaient plus être licenciés sans contrepartie.

En tant que défenseur, tu as croisé le fer avec beaucoup d’attaquants très talentueux passés par la Russie. Quels sont les joueurs que tu as affronté qui t’ont le plus impressionné ?
Les joueurs qui m’ont le plus impressionné sont Pavel Datsyuk, Evgeni Malkin et Jaromir Jagr.

Tu as débarqué en France en 2014, ta première expérience hors Russie et Ukraine. Comment as-tu vécu ce dépaysement ?
Tout s’est assez bien passé, en fait, grâce à une autre famille russe que nous avons rencontrée à Bordeaux. Ils nous ont beaucoup aidés pour des traductions, les documents administratifs. J’en profite pour les remercier une nouvelle fois.

Tu as aussi pu participer à l’évolution du championnat avec le passage à 44 matches. As-tu remarqué une grosse différence en Ligue Magnus au-delà du fait qu’il y a plus de matches ?
Oui le championnat est devenu plus intéressant, il y a plus de rythme. J’ai aussi remarqué que les équipes ont commencé à faire appel à plus de jeunes joueurs.

Tu évoluais avec Tomas Rubes la saison passée. Que peux-tu nous dire à son sujet ?
Tomas a amélioré l’équipe de Bordeaux dès son arrivée au club. C’est un joueur très créatif.

Pour conclure, je te laisse le mot de la fin si tu souhaites t’adresser aux supporters des Scorpions.
Je félicite tout d’abord tout le monde pour le titre de Division 1 et la montée en Ligue Magnus. Je souhaite vous voir continuer de nous encourager tout au long de la saison.

Nous remercions également Ivan, le fils d’Andrei, qui nous a permis de faire la traduction pour réaliser cette interview en français.

Crédit photo : Nini Calimoutou

Interview

Partager sur