Interview

A la rencontre de Branislav Rehus

Bonjour Branislav, quand as-tu démarré le hockey ? 
Mon père m’a amené à la patinoire quand j’avais six ans dans ma ville natale de Senica, en Slovaquie. J’ai démarré ma carrière de hockeyeur au HK 91 Senica. À l’âge de seize ans, j’ai rejoint l’équipe junior de Vitkovice. J’ai ensuite été drafté en OHL (Ontario Hockey League, NDLR) ou j’ai joué deux saisons. En 2008, je suis revenu en Europe.

Et depuis, tu as beaucoup bougé ? 
En effet, en 2008, je suis parti en République Tchèque, puis en Slovaquie, au Danemark, en Autriche (EBEL, NDLR) et en France. C’est très enrichissant de voir autant de pays. C’est comme ça le hockey. Tu poses tes valises quelque part, tu joues quelques saisons, puis tu repars. J’aime ce style de vie, cela ne me dérange donc pas du tout. 

Et qu’as-tu pensé de tous ces pays ? 
Le Danemark était le mieux en qualité de vie. La France est incroyable au niveau nature, mais au niveau hockey le Canada reste le top.

Comment es-tu arrivé en France au cours de la saison passée ?
J’ai démarré la saison au Danemark. Notre équipe, les Herning Blue Fox, perdait beaucoup de matches. Le coach a donc modifié l’effectif et j’ai été le premier à partir. Nous nous sommes mis d’accord sur les conditions et je suis rentré en Slovaquie avec ma famille. Quelques jours plus tard, j’avais plusieurs propositions, dont certaines en France, et j’ai choisi Gap.

Justement Gap, c’est comment ?
Je ne trouve rien de négatif à dire. J’ai vraiment aimé joué là-bas. Il y a une bonne structure, un super coach et de bons supporters. Les gens autour du hockey étaient également très agréables avec moi et ma famille. Nous avons un peu voyagé dans le coin. La nature est absolument magnifique.

À Gap, tu as marqué 34 points en 33 matchs …
Le hockey est un sport d’équipe. On s’aide sur la glace et les points en découlent. Néanmoins, c’est toujours plus cool quand tu gagnes des matchs et marques des points. Ce qui me rend le plus heureux, c’est le titre ! Lors des quatre dernières saisons, j’ai joué trois finales et là enfin j’en ai gagné une !

Branislav, peux-tu nous décrire ton style de jeu ?
Je peux jouer aux trois postes en attaque. J’aime à fois le jeu physique, mais aussi créer du jeu.

Comment es-tu arrivé à Mulhouse et connais-tu du monde ici ?
Mon agent m’a appelé et m’a proposé Mulhouse. J’ai signé quelques jours après. J’ai entendu que Mulhouse avait déjà joué au plus haut niveau, possédait une très belle organisation et des fans au top. Je connais Milan Jurik avec qui j’ai joué en équipe nationale. C’est sympa de connaitre un joueur quand tu arrives et en plus il ne m’a dit que du bien de ce club. J’ai vraiment hâte de le rejoindre.

Quel est le meilleur souvenir de ta carrière à ce jour ?
C’est difficile à dire. J’ai eu beaucoup de beaux moments, mais sur les dernières années, je dirais la victoire avec Herning et encore plus récemment le titre avec Gap.

Que penses-tu de la SAXOPRINT Ligue Magnus ?
Cette ligue m’a très agréablement surpris. Nous avons joué beaucoup de matchs, très souvent rapides et intenses. Je ne peux pas vraiment dire qu’une ligue soit meilleure que l’autre, car elles ont toutes leur spécificité. En ce qui me concerne, je vais faire le maximum pour les Scorpions Team Synerglace sur la glace et en dehors.

Que fais-tu en ce moment ? As-tu un hobby ?
Nous avons un bébé de sept mois. Nous n’avons pas de temps pour d’autre hobby ! Je passe mon temps libre avec ma famille et mes amis. Quand j’ai le temps, j’aime aller pêcher. Juste après la fin de la saison, nous sommes partis en vacances avec ma femme Silvia et mon fils Bryan. Maintenant, je travaille ma condition physique et je me prépare pour la prochaine saison. Mes parents possèdent une société, je leur file aussi un coup de main.

Connais-tu notre région ?
Mon agent m’a un peu parlé de la ville et ma femme a fait des recherches sur internet. Nous nous réjouissons de rejoindre Mulhouse. 

Un dernier mot pour les fans ?
J’ai entendu qu’ils sont très bons ! J’espère vraiment qu’ils vont nous encourager et nous pousser toute la saison. J’espère que nous arriverons à les rendre heureux !

Merci beaucoup Branislav et bienvenue en Alsace  ! 

Manu

Interview

Partager sur