Entretien avec Jan Prochazka

Deuxième partie de notre entretien de fin de saison avec l'entraîneur des Scorpions

D’après toi, quels sont les points sur lesquels il faudra se concentrer pour connaître plus de succès la saison prochaine ? 
Assez simplement, nous avons surtout besoin de continuité, de persévérer sur la voie empruntée cette saison. C’est pour cela que l’on veut construire autour du noyau de l’équipe, ces joueurs qui sont déjà intégrés et ont acquis des habitudes de travail, qui comprennent déjà notre vision et notre stratégie, qui maîtrisent notre système. Les bénéfices de tout ce travail, cette saison, ils vont les récolter dans le futur et ça sera visible la saison prochaine. Je connais les joueurs désormais, cela va m’aider à mieux assigner des rôles à chacun. Ça me donne confiance pour améliorer l’équipe. Nous avons clairement identifié ce qu’il nous a manqué cette saison et notamment pendant les playoff. Nous avons eu du temps pour chercher les meilleures solutions avec nos joueurs étrangers, trouver des profils dans lesquels nous sommes convaincus d’obtenir une valeur ajoutée pour l’équipe. En fait, je pense que l’on peut encore améliorer la cohérence de notre équipe, augmenter le leadership, augmenter l’efficacité devant la cage et stabiliser la situation avec nos gardiens de but. Il faut aussi ajouter du fighting spirit et un peu de rudesses pour les playoff.

L’équipe a pu profiter de l’aide de coaches en performance pendant la saison. Peux-tu nous résumer ce qu’ils ont fait pour aider l’équipe ?
C’est quelque chose qui fait partie du sport de haut niveau de nos jours. J’ai toujours essayé d’inspirer les joueurs par le fait que nous devrions jouer, nous comporter et agir comme des athlètes de très haut niveau si nous souhaitons un jour atteindre ce niveau. Grâce à mon réseau, nous avons pu inviter des coaches en performance qui travaillent avec l’entreprise internationale « Mentally Fit », spécialisée dans le team-building et la préparation mentale dans les hautes sphères du commerce et du sport internationaux. Andrew Silitoe, entraîneur en stratégie collective, nous a aussi aidés. Il fait d’ordinaire ce travail avec des équipes de haut niveau en Grande-Bretagne. Nous avons aussi coopéré avec un grand préparateur physique et spécialiste en nutrition, Michal Mirejovsky, qui travaille avec des joueurs de la NHL mais aussi avec les unités d’élite de l’OTAN. Ces personnes nous ont aidés à améliorer l’équipe. Je veux aussi que l’on parle de la super équipe médicale sur laquelle on peut compter, dont est issu Nicolas qui a aussi pas mal aidé sur la préparation physique. Enfin, nous avons débuté une coopération avec le Régiment de marche du Tchad, ce qui nous aidera beaucoup pour préparer l’équipe de la meilleure des façons. On aimerait continuer sur cette voie, et même encore plus intensivement, mais il faut le faire en adéquation avec notre budget.

Nice a remporté les playoff après avoir déjà gagné la saison régulière. Qu’en penses-tu ?
Je considère que Nice était la meilleure équipe cette saison, ce qu’ils ont confirmé en saison régulière puis en playoff. Ils ont une équipe très équilibrée, avec de l’expérience et ils jouent un jeu offensif qui ressemble à ma philosophie. C’est aussi une équipe qui joue de manière respectueuse.

Tu as prolongé ton contrat pour les deux prochaines saisons. Quel est ton sentiment à ce sujet et comment vois-tu l’avenir ? 
Je vois ici un énorme potentiel et je recherchais un club avec lequel nous pourrions faire quelque chose de grand. C’est pour cela que j’ai décidé de rester à Mulhouse. Cette toute première saison a confirmé mes premières impressions. On a un groupe de supporters remarquable, un sponsoring très fort avec encore un gros potentiel, des fans incroyables, une belle patinoire, une grande ville avec une bonne popularité pour notre sport. Tout cela mis ensemble, il y a l’environnement pour avoir un club majeur en France selon moi. Mais le chemin jusqu’au sommet est long, on a déjà franchi quelques étapes cette saison et il faut continuer sur cette voie dans l’équipe et le club. C’est important que l’on aille tous dans le même sens. C’est excitant pour moi de faire part de ce processus et je prends du plaisir à contribuer à ce développement pour construire quelque chose à Mulhouse. Beaucoup de gens travaillent intensivement sur ce projet et j’ai le sentiment qu’il faudra encore quelques années pour en récolter durablement les fruits.

Maintenant que tu connais mieux les joueurs, le club et le championnat. Que prévois-tu de changer en vue de la saison prochaine ? 
On va continuer le travail déjà entrepris, il faut composer au mieux le puzzle qu’est notre effectif en adéquation avec les moyens disponibles. Nous avons déjà préparé un programme estival plus poussé et intense pour les joueurs. Ils auront un programme individuel spécifique. On veut continuer à renforcer l’équipe autour de l’équipe (le staff, NDLR). Pour tout cela nous avons désormais du temps pour travailler, ce n’était pas possible avant la saison précédente. Cela me rend très optimistes pour la saison prochaine. Je vais aussi adapter ma stratégie intelligemment pour préparer l’équipe à être encore plus forte et rapide pour atteindre le haut niveau.

Un dernier mot, pour conclure, Jan ? 
Je finirai avec cette phrase : « N’abandonnez jamais avant d’avoir vu le miracle se produire ! »

Pour retrouver la première partie de cette interview : cliquez ici

Entretien avec Jan Prochazka

Partager sur